Accueil > Développement durable, Social > Après le « Green IT », le « Social IT »

Après le « Green IT », le « Social IT »

Internet, un outil puissant et indispensable dans le cadre professionnel aujourd’hui, n’est pourtant pas accessible à tous. En effet, seulement 5% des contenus web sont accessibles aux personnes handicapées (notamment les personnes non ou mal voyantes). Dans ce contexte, l’association e-accessibility a créé un label garantissant l’accessibilité du contenu des pages web et des publications PDF.

  • Des contenus web peu accessibles aux handicapés

Il est difficile d’estimer la population de personnes handicapées en France, en fonction de la définition qu’on en donne et du degré de handicap pris en compte. En revanche, on peut estimer que 3,5 millions de personnes en France sont directement touchées par les problèmes d’accessibilité des contenus web. Il existe pourtant déjà des solutions techniques comme des plages braille, lecteurs d’écran, loupes grossissantes, PDF accessibles et autres.

Seulement 5% des pages web sont accessibles aux handicapés. Pourtant, étant donné l’importance d’Internet aujourd’hui, il s’agit d’un enjeu majeur pour l’intégration des personnes handicapées.

Il faut être clair sur le terme d’accessibilité. En effet, il s’agit de l’accès au contenu d’une page par tout type de personne : valide, aveugle, handicapé moteur, sourd, etc. Rendre un site accessible demande plus de technique et donc d’investissement, mais sur le long terme il permet aussi une réduction du coût de maintenance et le respect des normes WCAG 2.0 (Web Content Accessibility Guidelines) garantissant un meilleur référencement naturel.

  • E-Accessibility : « Le label du social IT »

E-accessibility est une association créée en 2007, qui milite pour l’accessibilité du web à tous. Le label e-accessibility, crée en 2009,  garantit l’accès au contenu d’une page web ou d’une publication PDF aux personnes handicapées et sa conformité aux normes internationales d’accessibilité (WCAG 2.0).

Il existe en réalité 2 labels : le label « publication e-accessibility » (pour les publications PDF) et le label « site e-accessibility » (pour les sites internet).

Le label « publication e-accessibility » garantit l’accessibilité (notamment aux personnes non voyantes) de toute publication PDF, ce qui nécessite un traitement particulier en amont lors de la création du document. Une publication peut apposer le label à condition d’avoir appliqué toutes les normes d’accessibilité et d’avoir réalisé tous les tests obligatoires et nécessaires.

Le label « site e-accessibility » garantit l’accessibilité à un site internet (hors publications PDF) et l’engagement de l’organisme envers le grand public. Tout organisme conforme à l’un des trois niveaux d’accessibilité définis par le WCAG 2.0 peut librement apposer le label (accessibilité Simple-A, Double-A ou Triple-A).

  • Accessibilité des outils

Les fournisseurs d’accès à Internet ne sont pas non plus exemplaires en termes d’accessibilité de leurs box. En effet, aucune box à l’heure actuelle n’est adaptée pour les non voyants ou mal voyants (estimés à près d’un million en France).

Pour cette raison, un groupe d’internautes déficients visuels a adressé une lettre au PDG de Free, qu’ils considèrent comme l’opérateur le plus à la pointe de la technologie. Dans cette lettre, ils invitent Mr Xavier Niel à s’inspirer de la politique d’Apple en matière d’accessibilité.

En effet, Apple propose des solutions d’accessibilité pour tous ses produits (Iphone, Ipad, Mac…) avec par exemple des fonctions intégrées de grossisseur d’écran ou la technologie VoiceOver pour les personnes non voyantes. Il existe aussi des interfaces simplifiées et favorisant l’apprentissage pour les personnes souffrant de déficiences cognitives et des installations pour les handicapés moteurs (touches de souris, touches lentes, touches à auto-maintien).

Dans un souci de constante innovation, Apple a récemment créé un système de mise en miroir braille pour que des enfants sourds et aveugles travaillent ensemble sur le même ordinateur, ainsi que le premier écran au monde pouvant être contrôlé avec des gestes.
Enfin, les employés des Apple Stores sont spécialement formés pour servir et conseiller les clients handicapés.

  • Avis Sequovia

Dans le cadre de l’intégration à la société des personnes handicapées (et conformément à la législation), il est inadmissible que seulement 5% des sites internet leur soit accessible. D’autant plus que la conformité à la norme WCAG 2.0 garantit une meilleure qualité du site internet et peut permettre la création d’emplois notamment pour les tests (obligatoires) à effectuer par des personnes non voyantes.

La lutte contre la discrimination a donc aussi toute sa place en ce qui concerne l’accessibilité au web, et dans une démarche de Green IT l’aspect social devrait être pris en compte au même titre que le respect de l’environnement.

Articles proches :

Lise Développement durable, Social , , , , , , , , ,

  1. 22/09/2011 à 17:57 | #1

    En général ou parle plutôt du « Fair IT » qui regroupe les préoccupations sociales que vous abordez, mais aussi les conditions de travail dans l’industrie informatique. « Social IT » est une bonne distinction :-) !

  1. Pas encore de rétrolien à l'article : Après le « Green IT », le « Social IT »

Déposer un commentaire à l'article : Après le « Green IT », le « Social IT »