Le changement climatique et ses conséquences

Malgré l’obstination et le déni de certains sceptiques, il est désormais communément admis que l’activité humaine a un impact négatif sur le réchauffement climatique. Aujourd’hui, le débat est autre. Au vue des récents événements qui ont bouleversé la planète ces dernières semaines, une question se pose de plus en plus : Y a-t-il une corrélation entre changement climatique et la recrudescence des catastrophes naturelles ? Nous avons cherché à en savoir plus.
  • Un été bien meurtrier
Rappelons que la planète bleue a été bien dévastée ces derniers temps : canicule et feux en Russie qui ont détruit presque 200 000 hectares de terres et tué 54 personnes, les pires inondations répertoriées au Pakistan depuis plus de 80 ans qui ont fait plus de 20 millions de sinistrés et 1500 morts, canicule au Japon qui a entrainé la mort de 132 personnes et 30 000 personnes à l’hôpital, coulées de boues et glissement de terrain en Chine à l’origine de la mort de 700 personnes et de la disparition d’un millier d’habitants.
Tableau apocalyptique qui a de quoi faire réfléchir.
  • Une augmentation des catastrophes naturelles
Le nombre de catastrophes naturelles a bien connu une augmentation ces dernières années, dixit les spécialistes qui précisent également que ces catastrophes sont de plus en plus dévastatrices. Les 245 catastrophes naturelles survenues en 2009 ont fait au moins 55 millions de victimes selon le récent rapport de l’Organisation météorologique mondiale (OMM).
Selon l’Organisation des nations Unies, les catastrophes naturelles touchent chaque année en moyenne 211 millions de personne.  Ce sont les catastrophes climatiques qui connaitraient la plus forte augmentation. Aujourd’hui, environ 70 % des catastrophes naturelles sont liées au climat, près de deux fois plus qu’il y a 20 ans. Au cours de l’année 2009, les catastrophes hydrologiques, dont les inondations, ont représenté 53 % du nombre total de catastrophes naturelles.  C’est l’Asie qui est la plus touchée par ce type de désastre.
Par ailleurs, la Banque Mondiale et  Columbia University ont réalisé une étude qui identifie 86 pays à potentiel de catastrophe très fort. Ces pays pourraient connaître de graves séquelles humaines et économiques suite à des cyclones, tremblements de terre, coulées de boues, inondation, glissements de terrain, sécheresses ou éruptions volcaniques.
  • Les conséquences du réchauffement climatique
Le portail de la science du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche a consacré un dossier sur la question du réchauffement climatique et s’est intéressé notamment aux conséquences du réchauffement climatique. En premier lieu, c’est le niveau moyen de la mer qui sera affecté par le réchauffement. La dilatation thermique des océans ajoutée à la fonte des glaciers pourrait entraîner une élévation de quelques dizaines de centimètres, ce qui paraît peu, mais est suffisant pour diminuer sensiblement la surface des terres émergées dans les régions basses et de faible relief, souvent très peuplées. En second lieu, les régimes de précipitations pourraient être modifiés, avec des régions devenant plus arides et d’autres connaissant des pluies plus importantes.
Le dossier émet tout de même des réserves sur la corrélation entre catastrophes naturelles et réchauffement climatique et affirme qu’ « on ne peut pour autant lier avec certitude ces évènements au réchauffement climatique. Un peu de recul est nécessaire pour avoir un avis pertinent sur ce sujet. »
D’autres se montrent plus catégoriques. Le débat est lancé.
  • Lien entre réchauffement climatique et catastrophes naturelles
Un argument avancé par Greenpeace en faveur de cette thèse, concerne les canicules puisque le fait que l’on trouve dans les douze dernières années (1997-2008) les dix les plus chaudes canicules depuis que l’on fait des mesures dans le monde est quasiment impossible en l’absence d’un réchauffement global.
Par ailleurs, bien que les scientifiques se montrent prudents quant aux causes des catastrophes récentes, du fait d’un manque de recul, ils sont tout de même nombreux à pencher dans le sens du groupe intergouvernemental d’experts sur les changements climatiques (GIEC) qui prévoit des phénomènes extrêmes plus longs et plus dévastateurs dans un contexte de réchauffement climatique.
« Les catastrophes naturelles devraient augmenter en termes de fréquence et de gravité en raison du changement climatique, de la croissance démographique, de l’urbanisation rapide et de la dégradation de l’environnement», d’après la Banque Mondiale. Le PNUD a établi un rapport en collaboration avec  le FNUAP et le PAM, en janvier 2008, qui affirme que « la portée des catastrophes naturelles et l’augmentation de leur fréquence et gravité indiquent que les conséquences du changement climatique ne feront qu’empirer, notamment en raison de l’urbanisation rapide actuellement en cours ».
  • L’ONU lance la décennie de lutte contre la désertification
Comme nous l’avons vu plus haut, le réchauffement climatique favoriserait les phénomènes extrêmes. Un de ceux-ci est l’accélération de la désertification. Selon les données de l’ONU, chaque année 12 millions d’hectares de terres arables disparaissent avec la désertification. Ces terres correspondent à l’étendue de la Grèce et permettent de nourrir 6 millions d’hommes. « Avec le changement climatique, près de la moitié de la population mondiale vivra dans des régions avec de grands besoins d’eau en 2030″, selon l’UNCCD.
L’enjeu est donc de taille, puisque en 2050 la planète comptera plus de 9 milliards de bouches à nourrir. Mais l’ONU se veut optimiste et estime qu’il est possible de réhabiliter ces terres grâce à une bonne gestion de la ressource en eau.
  • L’avis Sequovia
Bien qu’il soit encore trop tôt pour affirmer la corrélation entre changement climatique et catastrophes naturelles, nous ne pouvons nier que les dommages découlant du réchauffement climatique sont palpables. Il ne faut pas attendre des années d’être certain du lien pour agir. Les catastrophes à répétition doivent nous inciter à adopter des gestes plus raisonnables et plus respectueux de l’environnement. Ce ne sont pas uniquement des pays lointains qui seront touchés, la tempête de 1999 et la canicule de 2003 qui ont frappé la France nous rappelle que nous sommes tous concernés par ce phénomène mondial. Il est donc temps de prendre des mesures efficaces en faveur du développement durable, au  niveau mondial, national, régional, local mais aussi individuel !

Articles proches :

pminondo Développement durable, Environnement, Rechauffement climatique, gaz à effets de serre , ,

  1. sami
    20/08/2010 à 14:19 | #1
  2. 24/08/2010 à 13:44 | #2

    Sans sombrer dans l’alarmisme, il suffit de constater les errement de la météo, notamment en été ces dernières années, pour se dire qu’il se passe quelque chose.

  1. Pas encore de rétrolien à l'article : Le changement climatique et ses conséquences

Déposer un commentaire à l'article : Le changement climatique et ses conséquences