Sequovia, facilitateur du developpement durable

Accueil arrow Bonnes pratiques arrow Dossiers thématiques arrow Achats Responsables arrow Rôle de l’Observatoire des Achats Responsables et résultats du baromètre 2010

Rôle de l’Observatoire des Achats Responsables et résultats du baromètre 2010

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail


Devant l’importance de la démarche et face à l’émergence du phénomène au sein des organisations publiques comme privées, le CDAF et le SAE ont entrepris la création d’un observatoire national entièrement dédié aux achats responsables. L’objectif de cet organe de réflexion et d’échange est avant tout de contribuer à rendre accessible au plus grand nombre d’acheteurs, les initiatives et bonnes pratiques à l’aide d’indicateurs de progrès.

Alain Chatenet, lui-même très impliqué dans cette initiative, explique que « l’Obsar va permettre de mieux appréhender l’évolution de la démarche d’achats responsables et d’en valoriser les intérêts sur les plans économique, social et environnemental ». Le rôle de ce « Think Tank » est d’échanger, de mutualiser, de mettre en commun et d’élaborer une base solide et des pratiques opérationnelles viables pour faciliter la mise en place d’une politique d’achats responsables et de la rendre accessible pour tout type d’organisation. « Le colloque annuel sera l’écho des avancées avec le baromètre et la mise en avant des travaux de l’ObsAR  ainsi que les retours d’expérience de ses adhérents », précise Alain Chatenet.

L’année 2010 aura été marquée par un travail axé sur l’intégration pratique de la norme ISO 26000 au sein du processus Achats. L’Obsar, étant directement mandaté par l’AFNOR, participe activement à ce projet, via la création d’un groupe de travail de normalisation. En prenant pour appui les questions centrales et les domaines d’actions de la norme, l’ensemble des impacts liés aux achats ont été répertoriés puis hiérarchisés afin de définir des groupes d’experts indépendants chargés d’élaborer une déclinaison de la norme.

L’année 2011 devrait donc faire l’objet de la création d’un projet de norme qui sera soumis à enquête publique en juin et devrait être publié dès septembre prochain.


 
Les résultats du baromètre 2010


La nouvelle règlementation du Grenelle en matière de reporting (loi Grenelle 2 – articles 75 et 225 ; publication des décrets d’application prévue en avril 2011) et la publication de la norme ISO 26000 ont fortement orienté le baromètre achats responsables de 2010. Opinion Way, institut d’études en charge de la méthodologie et du suivi des résultats, a travaillé en étroite collaboration avec l’Obsar afin de définir les critères de l’enquête.



Rappel sur les objectifs du baromètre :


  • Définir les orientations stratégiques en relation avec le développement durable,
  • Mettre en œuvre, faire évoluer le secteur des achats vers une « supply chain globale »,
  • Mesurer les progrès des fournisseurs afin de déterminer des indicateurs de performance,
  • Mettre en place une communication responsable.

    En collaboration avec Opinion Way, l’Obsar a souhaité étendre le champ de l’enquête en ligne afin d’assurer une meilleure validité des statistiques obtenues. En tout 200 répondants y ont participé, soit un tiers de plus qu’en 2009.


Les constats positifs


Le contexte actuel illustre une préoccupation importante des secteurs public et privé quant à la mise en place d’une telle politique d’achats. Pas moins de 70% des responsables achats considèrent comme une priorité la mise en place d’une politique d’achats responsables (résultat légèrement influencé par la sphère publique). La notion d’incompatibilité entre les achats responsables et la productivité semblerait donc peu à peu s’estomper au vue de ces données.

L’étude a décelé un taux de réponse de 64% de la part du secteur privé ce qui illustre bien la prise en compte de cette thématique au sein des entreprises. Il a d’ailleurs été mentionné que 64% des entreprises du CAC 40 considéraient la démarche d’achats responsables comme primordiale au sein de leurs activités.
Autre constat très positif : 79% des répondants ont dévoilé avoir déjà mis en place une politique d’achats responsables au sein de leurs organismes avec une ancienneté moyenne de l’ordre de 3 ans. 9% estiment qu’ils en sont au stade de projet.

Les motivations majeures à cette prise de position sont le respect de la réglementation et des normes à 65%. L’image de l’entreprise arrive en deuxième place (4eme en 2009) avec un taux de 60%. 
De façon générale (96%), les interviewés mettent en avant la maîtrise des coûts et des risques pour les parties prenantes comme un critère d’évaluation important. On constate d’ailleurs une progression du secteur privé à réaliser une cartographie des risques.

Parmi les organismes les plus engagés et donc en mesure d’évaluer les résultats de leur politique, 47% atteignent les objectifs escomptés.



Les points d’amélioration


Même si certains chiffres pourraient laisser envisager une phase de décollage, la part des achats responsables au sein du processus Achat progresse lentement, de 1% chaque année depuis 2009 (prévision 2011 : 17%) ce qui laisse percevoir une large marge de progression. Cela s’explique notamment par le fait que les entreprises ne pratiquent cette politique que partiellement au sein de leur activité, en ciblant uniquement un, voire deux produits/services de leur gamme.

L’enquête a également démontré la nécessité de travailler sur la mise en application des politiques d’achats responsables en favorisant la mesure d’indicateurs pertinents à utiliser. Seuls 40% des interviewés estiment avoir débuté la mise en place de mesures d’indicateurs.
Enfin, les méthodes d’évaluation des fournisseurs restent essentiellement axées (65%) sur la présence de labels et de certifications et sur la prise en compte des critères économiques. L’audit est encore un moyen peut utiliser par les organismes (13% uniquement).


Commentaire de Mr Alain Chatenet, Délégué Général de l’Obsar :

« Aucune pratique n’a encore la capacité de traiter la problématique des achats responsables dans son intégralité. Pour le moment, nous pourrions davantage parler de combinaison d’actions, qui traitent chacune d’une partie bien précise du sujet, souvent liée à la maturité ou au niveau de compréhension, de connaissance. Le travail de l’Obsar est d’ailleurs de veiller à la mutualisation de ces bonnes pratiques entre ses adhérents en vue d’étendre leur champ d’application et de les faire connaître. D’où son investissement dans les groupes de travail de l’AFNOR (norme ISO 26000) et la création de quatre groupes de travail animés pour les adhérents de l’ObsAR (reporting et indicateurs de mesure, coût global et création de valeur, relation donneurs d’ordre TPE/PME/PMI et Achats Responsables, un levier pour l’insertion). »


Les rubriques qui vont vous être présentées tout au long de ce dossier abordent la démarche achats responsables dans son intégralité. Elles vous permettront d’aborder la question de façon opérationnelle en vous donnant des leviers d’action possibles et des exemples de bonnes pratiques.

 

Articles de la rubrique : Dossier Achats Responsables

Organiser le pilotage via la formation
Contribuer à la réinsertion de personnes en difficulté
Intégration de la RSE dans le processus Achat - Etablir une grille d’analyse produits/services
Intégration de la RSE dans les relations clients-fournisseurs
Rôle de l’Observatoire des Achats Responsables et résultats du baromètre 2010
Les intérêts et enjeux

Nos missions :

Promouvoir et rendre concret le développement durable pour les entreprises et collectivités.
Faciliter l'accès aux meilleures solutions de développement durable du marché.
Accompagner les entreprises et les collectivités dans la mise en œuvre de leur démarche de développement durable.

Solution de transformation digitale  : Cognitive vous accompagne dans la mise en place de stratégie et solution de transformation digitale