Accueil > Développement durable, Discrimination, Droits de l'Homme, RSE, Santé, sensibilisation, Social > Journée de la femme, la parité homme-femme avance doucement

Journée de la femme, la parité homme-femme avance doucement

La journée d’hier était celle de la femme, de nombreux évènements étaient organisés afin de promouvoir l’égalité des droits des femmes et des hommes. L’occasion pour l’Insee de faire un point sur l’avancée de la condition de la femme et de la parité entre les deux sexes.


  • Emploi, la disparité diminue doucement

L’Insee, dans son communiqué de presse intitulé « Femmes et hommes – Regards sur la Parité », fait un état des lieux de la situation des deux sexes dans la société, et de l’évolution de la parité entre les femmes et les hommes.

Premier constat, les femmes sont de plus en plus présentes sur le marché du travail. Elles étaient 59% sur le marché du travail en 1990, alors que désormais 66% de la population féminine travaille ou cherche un emploi. Le taux d’activité des hommes est de 75% (1% de moins sur cette même période).

En 2010, les hauts postes étaient occupés à 39% par des femmes, contre 30% il y a 20 ans. A propos de la disparité salariale, elle était de 29% en 1991, et a diminué de 4% par rapport à 2009. Même si l’inégalité demeure, ces chiffres sont encourageants et démontrent un certain progrès de la condition de la femme au travail.

L’écart du taux de chômage s’établissait à 4 points en 1990, 10,2% pour les femmes et 6,2% pour les hommes. Aujourd’hui, il est de moins d’un point. Les femmes se rapprochent donc d’une situation d’égalité à l’embauche avec les hommes.

En revanche, l’emploi à temps partiel représente un tiers des postes occupés par les femmes salariées, contre 7% pour les hommes. De plus, 18% des femmes de 30 à 35 ans sont inactives, contre seulement 4% pour les hommes. La marge de progression vers une parité homme-femme reste donc importante.

  • Des conditions de travail difficiles

Au niveau des conditions de travail, les femmes aussi bien que les hommes font face à des situations difficiles au travail. Les femmes doivent plus souvent réaliser des tâches répétitives, tandis que leurs homologues masculins sont plus exposés à des pénibilités liées à des fonctions physiques. Les risques au travail sont donc différents pour les deux sexes.

Entre 2000 et 2009, « le nombre d’Accidents de Travail des femmes a augmenté de +18%,  tandis que celui des hommes a diminué de – 21% » rappelle l’Agence Nationale pour l’amélioration des Conditions de Travail (Anact). De plus, sur cette même période les maladies professionnelles de femmes ont augmenté de 148%, contre 73% pour les hommes, surtout à cause de troubles musculosquelettiques (TMS).

En outre, l’Anact ajoute que les situations de harcèlement et de violence sont plus fréquentes pour les femmes, qui sont soumises à un niveau de stress au travail supérieur de 40% par rapport aux hommes. Les femmes vivent un mal-être au travail beaucoup plus souvent que les hommes (50% de plus).

Les deux sexes sont d’accord à 50% environ sur le fait que leurs efforts au travail ne sont pas reconnus à leur juste valeur par l’employeur. En revanche, les femmes estiment qu’elles bénéficient de moins de possibilité de promotion que les hommes au travail.

  • L’inégalité dans la vie privée

Les femmes sont toujours celles qui réalisent le plus de tâches ménagères, puisqu’elles y passent aujourd’hui 1 heure et 48 minutes de plus par jour que leurs conjoints. La différence était tout de même de 3 heures en 1986. L’écart a donc diminué, non pas parce que les hommes sont plus actifs à la maison mais parce que les femmes ont diminué le temps passé à faire du ménage et la cuisine.

Les hommes effectuent environ 2 heures de tâches domestiques par jour, soit environ la moitié par rapport aux femmes. Même constat quand il s’agit de s’occuper des enfants, les hommes y passent moins d’une demi-heure, et les femmes une heure par jour.

Malgré les importants écarts de temps investis dans ces activités par les deux sexes, les tâches ménagères sont aussi peu appréciées par les hommes que par les femmes. Ainsi, « plus les activités sont jugées comme des corvées, plus les écarts de participation entre les hommes et les femmes sont importants » souligne le rapport. Il est donc nécessaire de réellement éduquer les hommes à la réalisation de tâches domestiques.

  • Avis Sequovia

Les résultats même s’ils s’améliorent doucement, confirment que la disparité persiste au niveau des conditions de vie entre les deux sexes. La femme continue de gagner beaucoup moins et de souvent devoir travailler à temps partiel, tout en assurant la majorité des tâches domestiques. De plus, le travail est plus mal vécu par la femme, plus souvent victime de violence (psychologique ou physique) et disposant de moins d’opportunité d’évolution.

Il est impensable aujourd’hui qu’une entreprise ne fasse rien pour faire disparaître ces différences de conditions de travail. Afin de s’inscrire dans une démarche responsable, toute organisation a le devoir de mettre en place une politique d’égalité et de non discrimination. De plus, au regard de l’enjeu que représente la parité homme-femme dans nos sociétés aujourd’hui, cette journée de la femme permet de situer le droit des femmes au centre du débat politique.

Articles proches :

Adrien Développement durable, Discrimination, Droits de l'Homme, RSE, Santé, sensibilisation, Social , , , , , , , , , , , , , ,

  1. 19/07/2012 à 08:49 | #1

    L’inégalité homme-femme existera toujours quoi qu’il arrive. L’écart diminuera certes mais de là à dire qu’elle disparaitra je reste sceptique. Nous nous sommes beaucoup battues pour pouvoir acquérir certains droits mais la bataille est encore dure. Ce n’est pas tant la loi mais c’est les mentalités qui doivent changer.

  1. Pas encore de rétrolien à l'article : Journée de la femme, la parité homme-femme avance doucement

Déposer un commentaire à l'article : Journée de la femme, la parité homme-femme avance doucement