Accueil > Bâtiments durables, Développement durable, Environnement > La ville de Lyon s’engage pour des écoles durables

La ville de Lyon s’engage pour des écoles durables

Dans le cadre de la réhabilitation de ses écoles, la ville de Lyon (particulièrement impliquée dans le développement durable) a décidé de s’engager dans une démarche HQE notamment pour la construction du pôle enfance du tout nouveau quartier Confluence, qui répondra aux exigences d’un bâtiment basse consommation.

  • Quartier de la Confluence à Lyon : un nouvel espace de vie

Le quartier Confluence est un nouveau quartier en cours de finalisation, avec la vocation de devenir un lieu de vie et d’échanges. En effet, environ 1 000 nouveaux foyers sont déjà installés. Le plan prévoit l’accueil de 3 500 nouveaux habitants et des événements comme les Nuits Sonores, le marché de la mode vintage et les Biennales d’Art Contemporain ont déjà lieu dans ce quartier des bords de Saône qui attire les promeneurs.

Le pôle enfance Confluence à Lyon, situé dans la ZAC Confluence, comprendra une école de 5 classes primaires et 4 classes maternelles, une crèche, un relais d’assistantes maternelles, un centre de loisirs sans hébergement et une salle de sports pour les collégiens, lycéens et associations du quartier. Son ouverture est prévue pour la rentrée de Septembre 2012 et le coût des travaux s’élève à 11 720 000 Euros (financé par la SPLA Lyon Confluence et la ville de Lyon).

  • Le pôle enfance Confluence : une école BBC

Dans le cadre de son plan climat-énergie, la ville de Lyon s’engage dans une démarche HQE pour les bâtiments de la ville, et le pôle enfance Confluence répond donc aux exigences d’un bâtiment basse consommation (BBC).

Tout d’abord, le chantier a été soumis à une Charte « Faibles Nuisances » afin de réduire son impact sur les habitants du quartier (impact visuel et sécurité). Les déchets sont donc limités et leur valorisation est assurée.

Au niveau de la conception du bâtiment, l’éclairage naturel sera optimisé et l’éclairage artificiel sera assuré par des sources fluorescentes à haut rendement. Pour éviter l’installation d’un système de climatisation consommateur en énergie, un dispositif de ventilation nocturne et de ventilation à double flux sera mis en place pour la récupération des calories de l’air extrait. Des capteurs solaires seront installés sur le toit végétalisé et assureront 50% de la production d’eau chaude sanitaire.

Concernant le chauffage des locaux, une chaudière à gaz à condensation sera installée et récupèrera la chaleur des fumées et celle de la vapeur d’eau pour la production de chaleur. Le chauffage sera assuré par des radiateurs et des planchers à basse température régulés en fonction de l’occupation réelle des locaux.

Enfin, pour diminuer au maximum les nuisances sonores, l’enveloppe du bâtiment en zinc coloré comportera une isolation par l’extérieur et la toiture sera équipée d’une isolation thermique renforcée.

  • D’autres écoles durables à Lyon

Le pôle enfance de la Confluence n’est pas le premier projet de groupes scolaires de Lyon à prendre en compte l’impact environnemental dans sa conception.

Le groupe scolaire Aimé Césaire (achevé en 2010) dispose déjà d’une toiture végétalisée et les eaux pluviales sont récupérées et utilisées pour l’arrosage des espaces verts de l’école. Elle dispose également d’un système performant de ventilation double flux, de luminaires gradables en fonction de la quantité d’éclairage naturel et les peintures sont certifiées NF Environnement, avec un taux de COV (composés organiques volatils) très inférieur aux autres types de peintures.

L’école Marie Bordas, dont les travaux de déconstruction et reconstruction doivent débuter ce mois-ci, sera la première école basse consommation de la ville. Le projet prévoit une toiture végétalisée sur 70% de la surface, des matériaux durables pour la construction du bâtiment et des systèmes techniques performants et peu consommateurs d’énergie (chaudière gaz à compensation, ventilation double flux, éclairage régulé en fonction de l’occupation…)

Enfin, l’école Victorien Sardou, dont l’ouverture est prévue pour septembre 2013, sera la première école à énergie positive de l’agglomération. En effet, le bâtiment produira la totalité de son énergie grâce à une installation photovoltaïque en silicium monocristallin de 920 m². De plus, des matériaux durables seront utilisés, le bâtiment sera conçu de manière à limiter au maximum les déperditions thermiques, l’éclairage sera optimisé, un chauffage par pompe à chaleur sur nappe phréatique sera installé ainsi qu’une ventilation double flux.

  • Avis Sequovia

La ville de Lyon s’investit à la fois dans la réhabilitation des écoles de la ville et dans une démarche de préservation de l’environnement.

L’avantage pour les enfants d’apprendre dans des bâtiments éco-conçus, au-delà des avantages en termes de qualité de l’air ou d’environnement plus sain, peut être de les sensibiliser à l’importance de la préservation de l’environnement et des ressources, en les éduquant par exemple sur les énergies renouvelables de manière ludique et en leur montrant des exemples concrets dans leur propre école.

Ce projet est donc à saluer, même si le quartier Confluence est encore à l’état de chantier à l’heure actuelle, mais l’arrivée prochaine d’un centre commercial et d’un multiplex devrait accélérer le processus.

Articles proches :

Lise Bâtiments durables, Développement durable, Environnement , , , ,

  1. Il n'y a pas encore de commentaire à l'article La ville de Lyon s’engage pour des écoles durables
  1. 12/10/2011 à 11:44 | #1

Déposer un commentaire à l'article : La ville de Lyon s’engage pour des écoles durables