Accueil > Développement durable, electricite, Energies renouvelables, Environnement > La Roumanie s’engage dans les énergies renouvelables

La Roumanie s’engage dans les énergies renouvelables

Le marché de l’éolien est actuellement en pleine croissance en Roumanie. Depuis que le gouvernement s’est engagé à subventionner les énergies renouvelables et que la Commission Européenne a approuvé ce soutien, les industriels de toute l’Europe se pressent pour construire des parcs éoliens en Roumanie.

  • La Roumanie a besoin de l’éolien

Du fait de la raréfaction et de la hausse des prix des énergies fossiles, la Roumanie souffre de sa dépendance énergétique et a besoin d’énergie bon marché et durable.

L’éolien se présente alors comme la solution la plus appropriée dans ce pays où le vent souffle toute l’année du fait d’une position idéale sur la carte des vents, et où les grands plateaux permettent l’installation de très nombreuses éoliennes. C’est aussi une solution simple à mettre en place, qui apporte rapidement des retours sur investissement.

L’éolien a déjà connu une forte croissance dans ce pays mais ne compte pas s’arrêter là. En 2010, la Roumanie produisait 462 Mégawatt grâce à l’éolien, en 2017 elle prévoit d’en produire 5000.  Un projet ambitieux largement soutenu par le gouvernement.

  • Les efforts du gouvernement

Le gouvernement roumain est moteur dans le développement de l’éolien. Le mois prochain, une loi approuvée par la commission européenne, sur la promotion des énergies renouvelables devrait entrer en vigueur. Elle consiste à délivrer aux producteurs des certificats verts pour chaque mégawatt d’électricité produit à partir de l’énergie éolienne, hydroélectrique, solaire ou de celle issue de la biomasse, des gaz de décharge et des gaz des stations d’épuration d’eaux usées. Une prime est accordée si l’énergie est produite dans des centrales de cogénération à haut rendement. Les certificats délivrés par l’État aux producteurs peuvent être ensuite vendus aux fournisseurs d’énergie sur un marché spécifique (indépendant du marché de l’électricité). Les fournisseurs d’électricité sont tenus d’acheter chaque année un certain nombre de certificats verts. S’ils omettent de le faire, ils se voient infliger une amende. Les amendes sont perçues par le gestionnaire de réseau de transport et versées au Fonds roumain pour l’environnement qui sert à soutenir les petits producteurs d’électricité provenant de sources d’énergie renouvelables.

La Roumanie espère, grâce à ces mesures, produire 42% de sa consommation d’électricité en énergie renouvelable d’ici 2020.

«Le régime des certificats verts est un mécanisme fondé sur le marché qui favorisera les investissements dans les énergies renouvelables en Roumanie. Il contribuera donc à aider cette dernière à parvenir à ses objectifs pour 2020 en matière d’énergies renouvelables sans pour autant fausser indûment le jeu de la concurrence», a déclaré M. Joaquín Almunia, vice-président de la Commission chargé de la concurrence.

Finalement, la Roumanie subventionnera l’énergie éolienne à hauteur de 160€/Mégawatt heure, soit deux fois plus que l’Allemagne et l’Espagne.

  • Le combat des industriels

Cet engagement fort de la Roumanie lui permet d’attendre 8,5 milliards d’euros d’investissements dans l’énergie éolienne au cours des 10 prochaines années.

De gros industriels du secteur sont déjà actifs sur le terrain, attirés par l’opportunité qu’offre le pays. On trouve notamment en Roumanie Iberdrola (Espagnol), E.ON (Allemand), CEZ (Tchèque) et Vestas (Danois).

Le géant espagnol de l’énergie Iberdrola a d’ailleurs commencé la construction du plus grand parc éolien du monde dans le sud-est de la Roumanie. Ce parc éolien situé dans la région de Dobroudja près de la mer Noire, deviendra d’ici 2017 le plus gros fournisseur d’énergie éolienne de la planète avec une capacité totale de 1500 MW.

Toutefois les permis de construire restent difficile à obtenir, les procédures sont longues et complexes. L’Etat a en effet déjà reçu bien plus de demandes qu’il ne peut en accorder et se doit de refuser des projets.

Par ailleurs, les industriels sont rapidement confrontés à un problème de vétusté des réseaux électriques qui mériterait d’être remis à neuf pour permettre à la Roumanie d’atteindre ses objectifs en 2020.

  • Avis de Sequovia

Cet élan que prend la Roumanie en matière d’éolien s’inscrit très logiquement dans une démarche de développement des énergies renouvelables comme alternative aux énergies fossiles. On retrouve cette volonté d’indépendance énergétique et de durabilité dans toute l’Europe.

Les éoliennes restent toutefois fortement critiquées par ceux qui les côtoient car elles sont jugées inesthétiques et bruyantes. Par ailleurs, faute de vent, le rendement n’est pas toujours convaincant alors que les éoliennes occupent de très importantes surfaces au sol. Ces critiques font débat et les programmes d’implantation de parcs éoliens sont systématiquement rejetés. Les conditions météorologiques roumaines devraient néanmoins éviter cet écueil.

Néanmoins, la prise en compte des parties prenantes est une étape indispensable pour la réussite d’un projet éolien. Les acteurs locaux et régionaux doivent être concertés, et leurs intérêts pris en compte car chaque région possède ses particularités et chaque projet éolien est unique. C’est un élément dont la Roumanie devra tenir compte pour obtenir l’adhésion de sa population à cette politique.

Articles proches :

Juliette Développement durable, electricite, Energies renouvelables, Environnement , , , , ,

  1. Il n'y a pas encore de commentaire à l'article La Roumanie s’engage dans les énergies renouvelables
  1. Pas encore de rétrolien à l'article : La Roumanie s’engage dans les énergies renouvelables

Déposer un commentaire à l'article : La Roumanie s’engage dans les énergies renouvelables