Accueil > Développement durable, Economie, electricite, TIC et services > Le cloud computing : une solution pour réduire l’impact des serveurs sur l’environnement ?

Le cloud computing : une solution pour réduire l’impact des serveurs sur l’environnement ?

Dans le cadre du grand emprunt, le gouvernement français avait émis, en janvier, un appel à projets autour du cloud computing. Il semblerait aujourd’hui que l’Etat ait signé un protocole d’accord avec Orange, Thalès et Dassault Systèmes, dans le but de créer un consortium pouvant stocker des données numériques, en France. Cet accord ne sera néanmoins rendu public qu’une fois validé par les instances représentatives du personnel de chacune des entreprises signataires, probablement en Octobre. Alors que le cloud computing est en plein essor, revenons sur ses avantages et ses limites.

• Qu’est ce que le cloud computing ?

Le cloud computing, ou informatique dans les nuages, consiste à stocker des données dans les Data Centers d’entreprises prestataires plutôt que de les conserver en interne. Encore peu d’entreprises proposent cet hébergement, les principales sur le marché sont Google, Amazon, Salesforce et Microsoft. De ce fait, elles concentrent un très grand nombre de données, souvent stockées à l’étranger. C’est d’ailleurs pour des raisons de souveraineté que l’Etat français a souhaité voir se développer un consortium en France. Le cloud computing n’est cependant pas si nouveau, nous l’utilisons déjà au quotidien sans en avoir conscience, notamment lorsque nous utilisons Hotmail, Gmail ou encore webmail…

• Le succès du cloud computing

Selon une enquête du cabinet d’analyse Ovum auprès de 500 dirigeants informatiques en Europe, Amérique du Nord et au Moyen-Orient, le nombre d’entreprise adoptant des mesures de Green IT progresse, passant de 68 % des entreprises en 2009 à 73 % des entreprises en 2010.
Si les projets green-it.php »target= »_blank »rel= »external »title= »green it » >Green IT étaient perçus jusqu’à présent comme un moyen d’améliorer l’image de marque de l’entreprise, ils sont aujourd’hui considérés comme un outil de réduction des coûts et d’augmentation de l’efficience du système d’information. Avec, en plus, des conséquences positives sur l’environnement et sur l’image.
L’enquête met notamment en évidence le succès de la virtualisation des Data Centers, c’est en effet la mesure la plus adoptée par les entreprises, suivie de l’amélioration de l’efficience énergétique du Data Center.

• Les avantages du cloud computing

L’avantage majeur du cloud computing est qu’il permet de faire des économies. Au lieu que chaque entreprise possède dans ses locaux son propre Data Center avec les systèmes d’entretien et de refroidissement qu’il nécessite, une seule grande entreprise gère les données de ses clients dans un Data Center géant. En théorie, les taux d’occupation des serveurs physiques du cloud sont mieux optimisés qu’au sein d’une entreprise. Par exemple, lorsque les entreprises françaises ferment la nuit, la place est utilisée par des entreprises actives de l’autre côté de la planète, de même les activités saisonnières se compensent les unes les autres.
Le coût de l’hébergement en cloud dépend généralement de l’utilisation réelle par l’entreprise, comme pour la consommation d’eau ou d’électricité, les entreprises peuvent donc réaliser des économies.
Ce sont aussi des économies d’échelles qui sont réalisées au niveau mondial en matière de consommation d’énergie et de matériel informatique. C’est pourquoi l’adoption d’un système cloud computing fait partie des mesures souvent prises en Green IT.

• Les limites

Le cloud computing a néanmoins un impact fort sur l’environnement.
Effectivement, un cloud est en fait un bâtiment immense, occupant de très larges surfaces, rempli de machines. Ces bâtiments consomment énormément d’énergie pour l’alimentation en continue des machines ainsi que pour leur refroidissement. En outre, les machines utilisées pour le cloud computing sont renouvelées très régulièrement pour obtenir une efficacité maximum, ce qui génère d’importantes masses de déchets, complexes à recycler.
Notons néanmoins que quelques datas centers sont désormais conçus de manière à utiliser des ressources en énergie renouvelable et à limiter leur consommation grâce à une architecture spécifique du bâtiment par exemple.

• Avis de Sequovia

La gestion des Data Centers est une question complexe pour les entreprises. Souvent gourmands en énergie, ils font l’objet de toutes les attentions lors de la mise en place d’une politique green IT. Plusieurs solutions existent pour réduire leur impact sur l’environnement, le transfert vers du cloud computing mais aussi la rénovation du Data Center interne pour le rendre plus vert. Un audit énergétique poussé est nécessaire avant de prendre une décision pour évaluer les gains énergétiques mais aussi les coûts pour l’environnement (consommation du Data Center lui-même, impact de la construction d’un Data Center, source d’énergie utilisée, destruction des DEEE…)

Articles proches :

Juliette Développement durable, Economie, electricite, TIC et services , , , , , ,

  1. Il n'y a pas encore de commentaire à l'article Le cloud computing : une solution pour réduire l’impact des serveurs sur l’environnement ?
  1. Pas encore de rétrolien à l'article : Le cloud computing : une solution pour réduire l’impact des serveurs sur l’environnement ?

Déposer un commentaire à l'article : Le cloud computing : une solution pour réduire l’impact des serveurs sur l’environnement ?