L’assèchement du sol français

Secheresse FranceEn ce jeudi 28 avril, le retour pluvial s’avère être de bonne augure face à l’assèchement que connaissent nos sols français depuis ces dernières semaines.  En effet, l’inquiétude est palpable concernant le phénomène de sécheresse, détecté au 1er avril par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM). L’organisme a annoncé « qu’environ 58% des nappes phréatiques affichent un niveau inférieur à la normale ». Selon les régions, la situation s’avère plus ou moins inquiétante : le gouvernement a déjà enclenché des plans d’alerte dans certains départements et a d’ores et déjà planifié la convocation du comité de sécheresse dans les semaines à venir.

  • Pallier à l’amenuisement de la ressource eau

Afin de pallier à la grande sécheresse de certaines régions, le gouvernement a préconisé des limitations d’usage de l’eau pour 8 départements, considérés comme étant les plus touchés par le phénomène. Trois arrêtés de niveau « crise renforcée » sont en vigueur en Essonne, Seine et Marne et Val de Marne. La Charente-Maritime et les Deux-Sèvres font l’objet d’arrêtés classés au niveau « crise » pour l’ensemble de leur territoire et des arrêtés de niveau « alerte » ont été pris en Charente, dans le Cher et dans la Vienne.
Nathalie Kosciuko-Morizet prend son rôle de ministre de l’écologie très à cœur et ne compte pas lâcher prise de si tôt sur cette question dès plus préoccupantes au regard de la saison estivale qui approche à grands pas. Elle a donc pris l’initiative de convoquer un comité de sécheresse dès la mi-mai afin que les représentants des différents services de l’Etat statuent sur les solutions possibles à présenter aux usagers issus notamment des secteurs de l’environnement, de la santé et de l’agriculture. Par ailleurs, un plan national de préparation au changement climatique, qui prévoit de réduire tous les usages de l’eau, sera présenté en juin.

  • Des déficits pluviométriques

L’année hydrologique, qui a débuté en septembre 2010, a fait l’objet de nombreuses études qui ont largement démontré un déficit des précipitations météorologiques par rapport aux normales enregistrées jusqu’à présent.
L’Île-de-France s’inscrit au palmarès des régions les plus touchées par la sécheresse. Parmi les nappes en situation déficitaire, la nappe calcaire de Champigny reste en situation critique même si les niveaux mesurés sont globalement supérieurs aux mesures des deux dernières années. Toujours en Ile-de-France, la nappe du calcaire du Lutétien et des sables de l’Yprésien présente aussi des niveaux inférieurs à la normale. En Rhône-Alpes, les nappes du Bas Dauphiné atteignent des niveaux « globalement bas. »
Le BRGM répertorie toutefois, trois zones où la situation n’est pas des plus catastrophiques fort heureusement pour nous. L’Alsace, le Languedoc-Roussillon et la région PACA ont la chance de présenter des débits moyens stables, voir en hausse par rapport à février 2011.

  • Un dilemme récurrent en Europe du Nord

La France n’est pas le seul territoire à faire les frais du fléau climatique. L’inquiétude est générale au regard des pays d’Europe du Nord qui présentent majoritairement les mêmes symptômes que le territoire français.
La crainte majeure se situe au sein du monde agricole qui, sans utilisation d’eau, ne peut assurer le rendement céréalier habituel. Les agriculteurs européens sont d’autant plus inquiets que la saison de croissance végétative des cultures tombe à cette même époque, compromettant ainsi la productivité de leur exploitation.
Agritel, une société spécialisée dans le suivi des marchés agricoles explique que « les prix du blé ont progressé de 15% en un mois suite au manque d’eau récurrent », qui touche l’Europe du Nord sur une large bande allant de l’Angleterre à la Pologne, en passant par le Benelux et l’Allemagne.
« La situation n’est pas irréversible, mais les prévisions météorologiques à court terme privilégient une poursuite des conditions anticycloniques actuelles », prévient Agritel. L’entreprise estime par ailleurs que « les précipitations sur les deux derniers mois s’élèvent à seulement 25% des volumes habituels à cette époque » et que les températures sont « supérieures de +3 à +5 °C aux normales de saison. »

  • Avis de Sequovia

Au-delà des frontières européennes, la situation s’avère similaire au nord de la Chine où il n’est pas tombé une seule goutte de pluie depuis bientôt cinq mois. Afin de pallier au problème, les autorités chinoises veulent maîtriser artificiellement la répartition de l’eau en tirant profit de la région sud, gorgée de « l’or bleu » : rien de plus simple pour les chinois que d’entreprendre les travaux de 3 gigantesques canaux, utiles à la redistribution de l’eau dans les régions qui en sont démunies.
Et pourtant, tout cela mérite réflexion si l’on pousse l’analyse à son maximum. Les projets n’ont tenu compte d’aucune contrainte environnementale ou sociale. Les victimes de ces travaux se comptent par centaine de milliers de personnes. Aucune indemnisation n’a pour l’instant été versée par l’Etat pour dédommager ces pauvres gens, qui n’ont nulle part où aller, faute de relogement. Côté pollution, là aussi la situation est des plus sérieuses et ajoute une problématique importante d’accès à l’eau. Les sources de la pollution de l’eau sont essentiellement les rejets des usines, la pollution industrielle, les déchets ainsi que les fertilisants et engrais utilisés par les agriculteurs, très utilisateurs de pesticides.
Tout cela pour prendre conscience que l’eau est une ressource fragile que nous nous devons de respecter et d’économiser. En moyenne 20 % à 30% d’eau sont gaspillés à la maison à cause de petits gestes que l’on laisse passer inconsciemment. Un comportement responsable et l’installation de systèmes de récupération d’eau de pluie, de douche ou autres sont des automatismes à acquérir. D’autant plus que vous réaliserez de réelles économies !

Articles proches :

Nathalie Développement durable, Environnement, Rechauffement climatique, gaz à effets de serre , , , , ,

  1. Il n'y a pas encore de commentaire à l'article L’assèchement du sol français
  1. 08/05/2011 à 14:22 | #1

Déposer un commentaire à l'article : L’assèchement du sol français