Accueil > Collectivité, Développement durable, tourisme durable > Disney et Pierre&Vacances s’associent autour du projet durable Villages Nature

Disney et Pierre&Vacances s’associent autour du projet durable Villages Nature

Disney et Pierre&Vacances ont dévoilé mercredi 24 novembre leur nouveau projet de Villages Nature en Seine-et-Marne, un nouveau concept de destination touristique durable. Un certain nombre de mesures seront prises pour respecter au maximum la Nature et émettre le moins possible de gaz à effet de serre. Une partie du site devrait ouvrir ses portes dès 2015.

 

  • Un projet colossal et de longue haleine

Le site de Villages Nature est situé à 6 Km au sud de Disneyland Paris, aux portes de la Brie Boisée en Seine‐et‐Marne. Le projet, qui porterait sur une surface potentielle à terme d’environ 500 hectares, lancé en fonction des conditions du marché. Une période d’environ 20 ans sera probablement nécessaire pour que l’ensemble voie le jour. L’ouverture de la première phase portant sur une surface de 175 hectares devrait avoir lieu en 2015. Elle se traduira par la création de 1.700 appartements et cottages répartis entre trois villages : deux villages lacustres et un village forestier. Des équipements de loisirs collectifs intérieurs et extérieurs sont également prévus pour une surface totale de 70 000 m2.
Le montant total de l’investissement de cette première phase est de 700 millions d’euros, sur les 1,8 milliard estimés pour l’ensemble du projet.
Pour ce projet, les deux partenaires ont créé une société commune à parité, dont l’entité de gouvernance sera co‐présidée par les Présidents respectifs des deux groupes, Gérard Brémond et Philippe Gas, et dont Dominique Cocquet sera le Directeur Général.

  •  Une recherche d’harmonie avec la Nature

« Ce ne sera pas un parc à thème mais une nouvelle destination où une rencontre est possible, dans le respect, entre l’homme et la nature« , a souligné devant la presse Dominique Cocquet, directeur général de Villages nature.
De nombreuses activités en lien avec la nature seront proposées dans les Villages. Des jardins, des espaces lacustres, des itinéraires de découverte, des sentiers pédestres et équestres agrémenteront le paysage du complexe touristique. Sans oublier la ferme bio, les expériences culinaires et les festivals liés aux saisons, pour le plaisir de tous. De nombreuses activités ludiques seront proposées pour sensibiliser les enfants aux questions environnementales. L’ensemble du domaine ne comportera que 10% de surface bâtie, le reste étant exclusivement dédiée à la nature.
L’ensemble a été dessiné et façonné par des paysagistes et des architectes particulièrement qualifiés pour répondre à ces exigences de développement durable. La vedette de la destination reste néanmoins le gigantesque lagon géothermique de 3500 m2.

  • Un projet tourné vers le développement durable

Dominique Cocquet précise que l’objectif du projet « est la réduction la plus grande possible en terme d’empreinte écologique ». Effectivement, même si 10% seulement de la surface seront construits, un tel projet entrainera l’émission d’une certaine quantité de CO2, la production de déchets (lors de la construction et par l’activité touristique en tant que telle).
Afin de faire de Villages Nature une référence d’éco‐tourisme en Europe, les partenaires ont suivi la méthodologie « One Planet Living » développée par BioRegional et WWF International pour mettre au point un Plan d’Action Durable (« P.A.D. »).

Ce P.A.D., qui s’appuie sur 10 cibles clés mesurables, vise à réduire au maximum l’empreinte écologique de la destination, à assurer un équilibre social et à développer une synergie territoriale :

- Zéro carbone
- Zéro déchets
- Transports durables
- Matériaux locaux et durables
- Eau durable
- Habitats naturels et vie sauvage
- Culture et héritage
- Partenariats locaux et commerce équitable

Villages Nature a fait appel à des experts pour mettre en œuvre les solutions adaptées à ces cibles. Notamment, les besoins en chaleur de la destination, y compris ceux du parc aquatique, seront fournis par la géothermie « profonde ». Grâce à deux puits forés jusqu’à 1 800 mètres, l’eau à 78°C permettra d’alimenter les réseaux de chaleur avant d’être réinjectée dans la nappe souterraine (dogger), sans émission de gaz à effet de serre.  L’utilisation de la géothermie évitera l’émission de 6.750 tonnes de Co2 par an. « La géothermie couvre 85 % de nos besoins et nous espérons atteindre une autonomie totale grâce au solaire et à l’éolien », explique Dominique Coquet.

  • Un projet économique impliquant les acteurs locaux

Au cours des phases d’études du projet, un dialogue a été instauré avec les acteurs locaux. Les élus locaux ont rédigé un Livre Blanc, qui a été pris en compte dans le projet, tandis que le Conseil Général de Seine‐et‐Marne et la Région Ile‐de‐France on voté leur soutien au projet. Ce dialogue va se poursuivre, notamment avec les collectivités et communes situées à proximité, pour développer les interactions entre Villages Nature et son territoire.

L’impact économique et social local de Villages Nature est l’un des aspects centraux de son intégration territoriale. Selon le Directeur Général, une fois terminée et complètement opérationnelle, la première phase devrait générer environ 7 millions d’euros de retombées fiscales locales par an, ainsi que la création de 4 500 emplois, dont 1 600 directs. Les opportunités d’emploi au sein de Villages Nature, notamment au plan local, seront valorisées par une coopération avec les acteurs publics de l’emploi. Enfin, dans le cadre de l’exploitation de la destination des synergies seront recherchées avec le territoire et ses acteurs économiques.

  • Un projet dénoncé par les Verts

S’il est vrai que sur le papier, le projet paraît très prometteur et très développement durable, il soulève aussi quelques questions. Tout d’abord, le problème des emplois saisonniers précaires liés aux activités touristiques aléatoires. Ensuite, Thibaud Guillemet, conseiller régional Europe écologie estime que « ce projet n’a rien d’écologique » puisqu’il « s’installe sur des terres agricoles indispensables. »

  • L’avis Sequovia

Si les qualités environnementales du projet sont peut-être exagérées, toujours est-il que le nouveau parc devrait contribuer à doper les recettes de Disneyland avec 15 millions de visiteurs potentiels chaque année. Ce projet aura le mérite de faire quelques heureux ! Il a par ailleurs l’avantage de mettre en lumière l’importance du développement durable et du respect de l’environnement pour les acteurs économiques. Faire des affaires en ne respectant pas un certain nombre de mesures vertes paraît de plus en plus compromis et tant mieux ! Néanmoins, il ne faut pas négliger le volet social du développement durable. C’est pourquoi, il faut espérer que ce gigantesque projet qui intègre bien les principes écologiques (réduction consommation d’énergie, réduction émission GES, etc.) établisse également une ligne de conduite RSE (responsabilité sociétale des entreprises).

Pour en savoir plus : Fiches solution Energies renouvelables
Economies d’énergie

Articles proches :

pminondo Collectivité, Développement durable, tourisme durable , , , , , , , , , ,

  1. 26/11/2010 à 14:25 | #1

    Ce projet va d’autant plus rapporter à Disney que le principal apport financier ne viendra pas des opérateurs mais d’investisseurs privés individuels. Ces derniers ne seront pleinement propriétaires qu’au bout de 10 ans (voir plus), de logements qui auront été loués très régulièrement pendant cette période et dont on peut se demander quel en sera l’état à la fin … Peut-être ne restera-t-il qu’une friche urbaine ?

  1. Pas encore de rétrolien à l'article : Disney et Pierre&Vacances s’associent autour du projet durable Villages Nature

Déposer un commentaire à l'article : Disney et Pierre&Vacances s’associent autour du projet durable Villages Nature