Accueil > Environnement, Grenelle de l'Environnement > Les compteurs électriques intelligents ont de l’avenir

Les compteurs électriques intelligents ont de l’avenir

Le Journal Officiel a publié le 2 septembre dernier un décret qui « rend obligatoire la mise en oeuvre de compteurs « communicants » par les gestionnaires de réseaux électriques », dès 2012 dans les logements neufs. Un modèle de compteur retenu par ERDF et baptisé « Linky » est actuellement testé en France. Mais la mise en place de réseaux verts ne satisfait pas tout le monde. Les associations et collectivités locales considèrent que la décision est prématurée, tandis que la CNIL met en garde contre les risques découlant d’une telle mesure quant au respect de la vie privée des usagers.
  • Comment fonctionnent les compteurs électriques intelligents?
Un compteur intelligent est un compteur disposant de technologies avancées qui identifient de manière plus détaillée et précise, et éventuellement en temps réel la consommation énergétique d’un foyer, d’un bâtiment ou d’une entreprise, et la transmettent  au gestionnaire des données de comptage, c’est à dire ERDF (Electricité Réseau Distribution France). Relevés de consommation, ouvertures et clôtures de contrat, changements de puissance : tout peut être fait par internet.
  • Un dispositif qui offre des avantages certains…
Le compteur intelligent permet, de plus, d’établir des factures en temps réel, pouvant permettre au client de visualiser les postes les plus consommateurs et de réduire ainsi plus facilement sa consommation. Il s’agit également d’un avantage considérable pour les entreprises qui ont ainsi un nouvel atout pour améliorer leur productivité. Par ailleurs, le compteur a la possibilité d’être en plus programmable à distance et équipé d’un appareil de coupure à distance. Cette deuxième qualité est capitale et ouvre l’ensemble du réseau de distribution d’électricité à des évolutions profondes génériquement connues sous le nom de « réseau intelligent ».
Ainsi, en plus des avantages en termes économiques pour les particuliers et les entreprises, de tels compteurs s’inscrivent dans la démarche du Grenelle 2 de l’environnement pour la réduction de la consommation d’énergie.
  • …mais qui pose aussi de gros inconvénients
La CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) redoute que les informations collectées par les compteurs électriques viennent compromettre la vie privée des individus. Elle écrit sur son site internet : « Les informations de consommation d’énergie transmises par les compteurs sont très détaillées et permettent de savoir beaucoup de choses sur les occupants d’une habitation, comme leur horaire de réveil, le moment où ils prennent une douche ou bien quand ils utilisent certains appareils (four, bouilloire, toaster…) ». Elle encourage donc les distributeurs d’énergie à prendre un certain nombre de mesures pour garantir « la sécurisation de ces données et leur confidentialité. »
ERDF n’a pas attendu longtemps pour réagir à cette inquiétude. Dans un communiqué de presse, le distributeur se veut rassurant : « Toutes les données de consommation sont cryptées, ce codage préservera le système des attaques malveillantes pouvant nuire à la qualité du service ou au respect de la vie privée » et précise que « chaque agent est tenu au respect d’un code de bonne conduite par lequel il s’abstient de communiquer les informations personnelles ou commercialement sensibles à des tiers non autorisés ».
Par ailleurs, les syndicats comme la CGT s’inquiètent des retombées sur l’emploi de cette mesure. Ils dénoncent la « catastrophe économique » qui s’en suivra pour tous les techniciens EDF dont le nombre devrait décroître drastiquement en conséquent. « Avec les départs à la retraite non remplacés, nous descendrons à moins de 1200 techniciens d’ici 2020. Aujourd’hui, nous sommes six fois plus ! », Se désole Guy Habai, de la CGT Mines Énergie d’Annecy.
  • Le coût du projet
A terme, ce ne sont pas moins de 35 millions de compteurs qui devraient être installés en France.  Le coût de la généralisation de ce système serait donc compris entre 4,2 et 8,4 milliards d’euros d’ici 2021, soit 120 à 240 euros par abonné. La Fédération nationale des collectivités concédantes et régies(FNCCR), une association regroupant près de 500 collectivités territoriales et établissements publics, estime quant à elle que l’addition devrait plutôt avoisiner les 8 milliards d’euros.
Terra Eco a réalisé le calcul des économies réalisées grâce au compteur intelligent. Le consommateur devrait rentabiliser les 240 euros déboursés et même économiser 164 euros d’ici 2021 grâce à des gains de fonctionnement générés pour les gestionnaires de réseau,  réduire  sa consommation de 10 à 15% et contribuer ainsi à la limitation de 15% des pics de consommation. ERDF parle de son côté d’une économie bien plus importante, de 50 euros par an pour une facture moyenne de 400 euros par foyer.
L’UFC (Association de consommateurs) de conclure : « Contrairement à l’engagement du Grenelle, Linky ne permet pas à l’abonné de suivre sa consommation s’il ne paie pas un boîtier supplémentaire ; il n’y aura donc pas de gain réel ».
  • L’avenir des compteurs électriques intelligents
Au Pays-Bas, le texte de loi encadrant la mise en place des compteurs prévoyait des amendes et des peines de prison en cas de refus d’installation des nouveaux compteurs. La pression des associations de consommateurs aura fait reculer les députés qui ont refusé ces dispositions.
En France, les conditions d’installations ne sont pas encore clairement définies et les expérimentations en cours devraient permettre aux autorités de trancher. Mais il faudra compter à terme avec 80 % de compteurs communicants en Europe en 2020 et 35 millions d’appareils à changer en France.
  • L’avis Sequovia
La question de la protection de la vie privée est une nouvelle fois soulevée. Des mesures préventives doivent être prises afin d’éviter des dérives mercantiles facilement imaginables. Si tel était le cas, le compteur électrique pourrait être une solution pertinente d’économies d’énergie tant pour les entreprises que pour les administrations et les foyers, sans compter la création d’emplois induite pour leur fabrication, leur distribution et installation. Dès lors qui pourrait s’en plaindre ?

Articles proches :

pminondo Environnement, Grenelle de l'Environnement , , , , ,

  1. Yves
    17/09/2010 à 12:49 | #1

    4 milliards d’euro pour nous surtaxer !

    Ces compteurs idiots vont coûter QUATRE milliards pour nous surtaxer en période de pointe ! A ce tarif je préfère qu’on nous construise une centrale nucléaire de plus et qu’on nous DONNE une base de consommation gratuite dans notre abonnement.
    D’ailleurs je trouve qu’EDF nous a volé depuis des années en ne fournissant pas gratuitement ces premiers 500KWh/an par foyer, vu que c’est nos grands parents qui ont investi dans la technologie et qu’EDF a raflé la rente pour faire des acquisitions monétaristes douteuses ailleurs. Ce ne fut jamais un risque pour ceux d’EDF, mais une volonté historique de De Gaule, des communistes des années 60 avec le soutien de la nation.
    Et s’il y avait un chouïa de cohérence, il faudrait installer ces compteurs « intelligents » à la sortie des éoliennes et prendre leur électricité à un tarif dérisoire au milieu de la nuit. Deux erreurs en moins en une seule opération ;-)

  1. Pas encore de rétrolien à l'article : Les compteurs électriques intelligents ont de l’avenir

Déposer un commentaire à l'article : Les compteurs électriques intelligents ont de l’avenir