Accueil > Développement durable > Paris, Lyon, Lille et Angers en lice pour être capitale française de la Biodiversité

Paris, Lyon, Lille et Angers en lice pour être capitale française de la Biodiversité

L’organisation des Nations Unies a déclaré 2010 Année internationale de la diversité biologique. C’est dans ce contexte que Natureparif, Agence régionale pour la nature et la biodiversité, organise un concours pour élire la « Capitale française de la biodiversité ».
Placé sous le Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer et de l’Association des Maires de France (AMF), ce concours s’adresse à l’ensemble des villes françaises et récompense les communes qui auront mis en place une politique cohérente et des actions exemplaires en matière de protection de la biodiversité.

  • 80 villes sont maintenant en compétition !


La première édition du concours « Capitale Française de la Biodiversité », lancé le 20 janvier dernier par Natureparif dans le cadre de l’Année mondiale de la biodiversité, a remporté un franc succès auprès de l’ensemble des communes françaises. Les villes de plus de 2000 habitants avaient jusqu’au 31 mai pour remettre leur dossier de candidature et valider ainsi leur inscription au concours. Ce ne sont pas moins de 80 communes qui tenteront d’emporter le titre de la « Capitale française de la Biodiversité » ou l’un des 6 autres prix délivrés et qui valoriseront leurs actions en faveur de la biodiversité.

Le nom des villes lauréates du concours dans chacun des cinq pays partenaires sera annoncé lors de la conférence Internationale de Nagoya en octobre 2010 après délibération d’un jury composé de scientifiques, de naturalistes, d’urbanistes et des spécialistes de la nature en ville. La sélection se fera en fonction de critères tels que l’intégration de la biodiversité dans les règlements d’urbanisme, la gestion des espaces verts et la sensibilisation des citoyens.

  • Valoriser les expériences locales d’intégration de la biodiversité

Le concours « Capitale française de la biodiversité » s’inscrit dans un projet européen piloté par des structures implantées en Allemagne, en Espagne, en Slovaquie, en Hongrie et en France, co-financé par la Commission Européenne dans le cadre du programme Life +. Ce concours est soutenu par GrDF, le principal opérateur du réseau de distribution de gaz naturel en France, qui marque ainsi sa volonté de prendre en compte les enjeux environnementaux et d’accompagner les acteurs de l’aménagement durable du territoire.

  • Réintroduire la nature dans la vie des habitants

Le double objectif est d’une part de promouvoir la biodiversité en milieu urbain en aidant les collectivités à réintroduire la nature dans la vie des habitants des villages et des villes. Et d’autre part d’inciter les collectivités à former le personnel des municipalités pour renforcer leur expertise dans ce domaine (diffusion de fiches présentant des bonnes pratiques, organisation d’ateliers, etc.)
Les villes sont sélectionnées sur les bases d’un questionnaire européen validé par un comité scientifique national composé de naturalistes scientifiques, urbanistes et spécialistes de la nature en ville, en fonction de critères internationaux proposés par l’UICN (l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature)

  • En France, une participation plus forte des villes plus peuplées

La prise de conscience des enjeux environnementaux est partagée par tous les élus locaux. Cependant, on note que les villes ont d’autant plus candidaté, qu’elles sont plus peuplées. Un tiers des grandes agglomérations françaises (≥ 100 000 habitants) ont ainsi déposé un dossier. Voici, sur cette image une répartition du nombre de communes inscrites au concours en fonction de la population des villes

-19 communes de 2 000 à 10 000 habitants, soit 0,47 % des communes françaises de 2 000 et 10 000 habitants.
-19 communes de 10 001 à 30 000 habitants, soit 2,7 % des communes françaises comptant entre 10 001 et 30 000 habitants.
-23 communes de 30 001 à 100 000 habitants, soit 12,9 % des communes françaises comptant entre 30 001 et 100 000 habitants
- 19 communes de plus de 100 000 habitants, soit 33,3 % des communes françaises de plus de 100 000 habitants.

  • L’avis Sequovia

Les villes Françaises et leurs élus  prennent l’environnement très à cœur, il suffit de regarder les chiffres : un tiers des villes françaises de plus de 100.000 habitants ont déposé un dossier. En tout, 18 régions françaises sont représentées. 81% des régions métropolitaines comptent au moins une commune inscrite au concours. Les préoccupations liées à la protection et à la promotion de la biodiversité sont donc prises en compte sur l’ensemble du territoire. On constate que les régions menant des politiques dynamiques en faveur de la protection de la biodiversité et dotées d’un observatoire de la biodiversité sont logiquement celles qui présentent le plus de villes participant au concours.
La région Île-de-France compte 21 communes participantes, soit plus d’un quart des villes candidates dont Paris.
La région Rhône Alpes et la région Nord-Pas-de-Calais avec chacune 11 communes, soit près de 13,5 % des villes candidates.

Articles proches :

Claire Nobilet Développement durable , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

  1. 05/04/2011 à 16:16 | #1

    Paris capitale française de la biodiversité ça me fait rire lol pourquoi pas New York (ah oui c’est pas en France c’est vrai) je pense que des villes comme Angers de taille plus humaine avec des sanctuaires animaliers comme bouchemaine ou les carrières ou encore Terra Botanica sur l’univers du végétal me semble peut être un peux plus logique mais bon le Vélib c’est important aussi ;-)

  1. Pas encore de rétrolien à l'article : Paris, Lyon, Lille et Angers en lice pour être capitale française de la Biodiversité

Déposer un commentaire à l'article : Paris, Lyon, Lille et Angers en lice pour être capitale française de la Biodiversité