Accueil > Développement durable > Vers un recyclage des métaux speciaux

Vers un recyclage des métaux speciaux

panneauUn rapport du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) vient de mettre en avant la nécessité de recycler les métaux spéciaux pour permettre d’importantes économies d’énergie et une diminution des émissions de gaz à effet de serre afin de favoriser le développement du secteur des technologies propres et soutenir le développement durable.

Accélérer le recyclage des « métaux spéciaux »

Lors d’une conférence de presse tenue jeudi dernier au Siège de l’ONU, à New York, M. Steiner, Directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), M. Reifsnyder, Sous-Secrétaire d’État adjoint des États-Unis pour l’environnement, M.Potočnik, Commissaire de l’Union européenne pour l’environnement, et des experts ont appelé à accélérer le recyclage des « métaux spéciaux » afin de favoriser le développement du secteur des technologies propres et soutenir le développement durable. M. Steiner présente entre autres, les avantages que permettrait un meilleur recyclage des métaux les plus utilisés, en matière d’énergie et de lutte contre les changements climatiques.  Le rapport établit également, a-t-il dit, qu’un meilleur taux de recyclage du fer et du cuivre, particulièrement, rendra possibles d’importantes économies d’énergie et une forte baisse des émissions de gaz à effet de serre.

Le lithium, le néodyme et le gallium…

Avec une économie mondiale engagée sur des voies écologiques, les technologies propres vont dépendre de plus en plus d’une amélioration rapide des taux de recyclage des métaux dit de « haute technologie » comme le lithium, le néodyme et le gallium.  Aujourd’hui, ces métaux, qui sont nécessaires à la fabrication des principaux éléments des éoliennes, des cellules photovoltaïques, des batteries de voitures hybrides, des piles à combustible et des systèmes d’éclairage économes en énergie. Le prix de ces métaux est particulièrement élevé et sont également rares, présents dans la nature en quantité limitée et dans des lieux géographiques bien définis.

Des matériaux introuvables dans le futur

Aujourd’hui, seulement 1 % de ces métaux indispensables aux technologies économes en énergie sont recyclés, les 99 % restants étant jetés à la fin de vie du produit. Une absurdité dénoncée par le rapport du PNUE : pour l’auteur de l’étude, à moins que le taux de recyclage des produits en fin de vie n’augmente fortement, l’industrie technologique moderne pourrait devoir se passer de ces métaux spéciaux et rares qui risquent d’être épuisés. « Dans quelques années, 15 ou 20 ans, certains métaux seront introuvables pour les industriels du secteur technologique », a-t-il ainsi prévenu.

L’avis Sequovia

La croissance économique est intimement liée à la consommation de métaux mais la demande croissante implique une pression permanente sur les ressources primaires. Le recyclage constitue un moyen d’atténuer les impacts négatifs sur la demande croissante en métaux, tout en garantissant le potentiel de croissance économique. Pour exemple, le plus grand parc municipal de Chine est capable de recycler un million de tonnes de cuivre par an, alors que la plus grande mine de cuivre de Chine en produit moins de la moitié. Le recyclage de ces métaux spéciaux n’est pas simplement un secteur en faveur de l’environnement. Il s’avère que cette démarche pourrait même être vitale pour l’industrie technologique moderne.

Articles proches :

Claire Nobilet Développement durable , , , , , , , , , , ,

  1. 20/07/2010 à 21:30 | #1

    Bonsoir

    Les « férailles » , moi je les recycle …

    preuve en image :)

    http://ze-grange.over-blog.com/

    Romain

  2. 03/02/2011 à 23:11 | #2

    Sinon il y’a des spécialistes aussi : http://aisfrance.fr ;)

  1. 19/05/2010 à 12:36 | #1

Déposer un commentaire à l'article : Vers un recyclage des métaux speciaux