Accueil > Développement durable, Transports durables > Covoiturage : le rapport Jamet propose aux départements de jouer un rôle moteur

Covoiturage : le rapport Jamet propose aux départements de jouer un rôle moteur

Logiciel_covoiturageParmi les nombreuses propositions destinées à améliorer les finances des départements, le rapport Jamet préconise à ces collectivités d’encourager le développement du covoiturage. Mieux organisée et plus réactive grâce à Internet, la mise en relation des conducteurs et passagers gagne du terrain. Plus de 200 plates-formes locales ont fleuri ces dernières années. Les coûts induits par le développement de l’offre de transport collectif sont élevés pour les départements et l’organisation d’une offre de covoiturage présente plusieurs avantages majeurs.

Le rapport Jamet

Si le développement de l’offre de transport collectif et son encadrement normatif, en matière de sécurité par exemple  vont incontestablement dans le sens du développement durable, les coûts induits pour les départements sont élevés. La technique du covoiturage, qui se développe de façon spontanée, mérite d’être fortement encouragée et organisée dans la mesure où elle présente de nombreux avantages. Le rapport  formule une dizaine de propositions pour favoriser l’essor rapide du covoiturage. Tout d’abord, les départements pourraient se voir conférer le rôle d’autorité organisatrice du covoiturage hors périmètre de transports urbains. Si à l’avenir le transport interurbain devenait une compétence régionale, ce rôle reviendrait à cette dernière. Le rapport Jamet propose aussi de reconnaître le covoiturage comme un élément constitutif des plans de transport départementaux, au même titre que le transport à la demande. D’autres avantages pourraient être mis en route pour favoriser son essor.

Covoiturage sur le réseau IdF

La SNCF a lancé aujourd’hui en Ile-de-France la seconde phase d’expérimentation de son service de covoiturage vers les gares en l’étendant à la quasi-totalité de son réseau, a-t-elle annoncé dans un communiqué. Les Franciliens pourront covoiturer désormais vers 347 gares d’Ile-de-France, sur un total de 381 gares. Le service de covoiturage Transilien SNCF permet aux voyageurs qui vont prendre leur train en voiture de partager leurs trajets automobiles. Il est accessible par le site « transilien.com ». Quelque 100.000 Franciliens et riverains des départements limitrophes, soit 8% des clients de Transilien SNCF, sont potentiellement concernés.

L’exemple Aveyronnais

Le covoiturage est désormais possible en Aveyron. Le site www.covoiturage-aveyron.fr a été créé le 10 mars 2009 et son accès est gratuit. Il compte à ce jour 577 inscrits et a proposé plus de 1 000 trajets. Sa mise en place était en quelque sorte une réponse à un appel de la Région dans le cadre de l’économie sociale et solidaire et déclinée en mobilité. « Le transport est le premier souci de nos politiques publiques dans un souci de bien articuler l’urbain et le rural » explique Florence Cayla, vice-présidente de la communauté d’agglomération. Les pistes pour l’avenir sont d’étendre le périmètre du site et d’officialiser des aires de stationnement dédiées au covoiturage. Au total ce sont 23 sites qui sont en projet, avec toute une grande lisibilité  et un emplacement signalé sur Internet. « On favorisera ainsi des liens avec les gares, les aires de bus et les parkings relais », précise la vice-présidente de l’agglomération. « A long terme, il faudra s’attacher à mettre en valeur les 3 R : relier, renforcer, repérer », résume Florence Cayla.

L’avis Sequovia

Trois intérêts du covoiturage: il renforce le pouvoir d’achat des citoyens puisqu’ils sont plus nombreux dans une seule voiture, il provoque des économies, d’autres  utilisent ce moyen de locomotion par souci environnemental. Le covoiturage est également sur un autre pilier du développement durable, celui du lien social. Ce système d’éco-mobilité peut être également une solution face au manque de transport en commun.

Avec 2.600 intercommunalités en France, autant d’entreprises de plus de 500 salariés et 3.200 parcs d’activités à équiper, les sites de covoiturage comme Green Cove prévoient de multiplier son activité par dix d’ici à 2015.

N’hésitez pas à regarder les logiciels de covoiturage Partenaire Sequovia

Articles proches :

Claire Nobilet Développement durable, Transports durables , , , , , , ,

  1. 30/07/2010 à 06:12 | #1

    Dans les avantages du covoiturage, j’ajouterais « un désengorgement des axes routiers ». Même s’il est vrai que cet avantage profite à tous (ceux qui covoiturent comme les autres) et qu’il est global (perceptible seulement si beaucoup de gens covoiturent), il n’en reste pas moins une conséquence directe du covoiturage. Une meilleure circulation fait gagner du temps, et le temps… sauf erreur de ma part peu de gens en ont à revendre ! :)

  2. 15/11/2010 à 17:15 | #2

    Je pense également qu´il y a 3 avantages principaux avec le covoiturage:
    - Economie d´argent: On se partage une voiture donc tous les frais allant avec (en particulier l´essence mais également les péages…)
    - Ecologique: On diminue le nombre de véhicule en circulation donc le taux d´émission de CO2
    - Conviviale: On a la possibilite de rencontrer des personnes sympathiques durant les trajets ce qui rend les trajets plus agréable.
    POur ceux qui souhaitent se mettre au covoiturage, je peux conseiller le nouveau site de covoiturage http://www.envoiture.fr, qui est un site vraiment sympa et pratique, en particulier pour les trajets moyennes et longues distances :)

  1. Pas encore de rétrolien à l'article : Covoiturage : le rapport Jamet propose aux départements de jouer un rôle moteur

Déposer un commentaire à l'article : Covoiturage : le rapport Jamet propose aux départements de jouer un rôle moteur