Accueil > Développement durable, Economie, TIC et services > En route pour une bureautique plus durable

En route pour une bureautique plus durable

Le travail de bureau consomme de grandes quantités de papier : de 50 à 75 kg/an/employé ! De l’imprimante, à la photocopieuse, elles engloutissent des ramettes de papiers. Mais la donne a changé, les consommateurs de papier analysent leurs couts. Les entreprises  adoptent  désormais de nouvelles pratiques pour faire des économies et rendre la bureautique durable.

Un oubli  qui coûte 400 millions d’euros

Le nombre de pages imprimées par an atteint le chiffre de 200 milliards soutenu par une croissance de 3% par an. Celui des pages imprimées oubliées sur l’imprimante ou jetées avant d’être lues s’élève à 32 milliards par an soit l’équivalent de 400 millions d’euros. Malgré les idées reçues, l’arrivée de la messagerie n’a pas  diminué l’usage de papier. Au contraire, puisque selon le SNESSI (syndicat regroupant les fabricants de systèmes d’impression) les emails sont  à l’origine de la hausse de  40% de la consommation.

Les entreprises dans le coche

Les chiffres du papier sont impressionnants mais désormais les entreprises et les collectivités font attention à leurs consommations. Du coup, ces organisations  font monter la pression sur leurs fournisseurs. « Dans leurs appels d’offres, les grands comptes, les administrations ou les moyennes entreprises formulent des demandes de plus en exigeantes, sur la consommation énergétique, sur les dégagements d’ozone, de poussière, etc. », explique Jean-Pierre Exposito, responsable développement durable de Canon France et délégué au Snessi.

Depuis 2007, le journal les Echos du 12 mars 2010, a annoncé que le service d’achats de l’Assemblée nationale a réussi à réduire de 65 % sa consommation de papier. Une performance pour ce gros imprimeur qui sort à la demande et dans des délais très courts plus de 21 millions d’impressions par an. La division des achats de l’institution a réussi à imposer la généralisation du format « livret » aux députés. Ce qui permet de reproduire 4 documents A4 sur une seule feuille, tout en économisant de l’encre. De plus, afin de promouvoir ces bonnes pratiques écologiques, un guide  a été édité par la présidence de l’Assemblée. Les bureaux de l’Assemblée pourront prochainement réaliser d’autres économies grâce à un progiciel que déploie le service informatique. Les acheteurs de l’Assemblée ont calculé qu’il est quatre fois plus coûteux d’imprimer sur une imprimante de bureau à jet d’encre que sur un gros copieur multifonction.

Les solutions Green IT

La dernière génération d’appareils consomme 50 à 90 % d’énergie en moins que la précédente, atteste le Snessi. Pour réduire l’énergie, les nouveaux appareils montrent des nouveautés techniques comme par exemple les résistances de contact, qui suppriment les lampes halogènes. Il existe également des fours à induction qui permettent de sécher plus sobrement les encres et toners. Les modes de veille également sont optimisés, ils consomment désormais jusqu’à 100 fois moins que les cycles de copie.  Les constructeurs innovent également sur les logiciels. Pour l’assemblée nationale : Le progiciel propose aux utilisateurs du réseau, lorsqu’ils lancent une impression, de privilégier un copieur de proximité qu’une imprimante, en fonction des paramètres de ce travail (couleur, volume, etc.). La dernière génération de machines propose par défaut l’option impression recto-verso. Les services informatiques peuvent également installer un utilitaire qui réduit la consommation de papiers  contrairement aux imprimantes connectées en réseau.

Avis Sequovia :

La France est actuellement le 7ème consommateur mondial de papier et 10 à 15% du papier consommé est à l’origine de déforestations importantes dans le monde. En outre, seulement 20% du papier de bureau est recyclé. Le papier, est un produit qui se recycle très bien mais il reste encore trop peu utilisé en tant que papier recyclé. Grâce aux nouvelles innovations technologiques, les entreprises et les collectivités peuvent faire de véritables bénéfices pour l’environnement en réduisant leur consommation de papier. L’informatique est en première ligne pour y jouer un rôle majeur. Sequovia peut accompagner et apporter son expertise auprès des DSI vers une réduction de la consommation d’énergie, l’adoption et la promotion de bonnes pratiques de gestion du parc informatique et du matériel d’impression.

A souligner que Le SNESSI, vient de sortir un guide pour la gestion durable du document et de l’impression.

Pour en savoir plus :

Notre dossier collecte et recyclage de papier
Notre dossier sur la dématérialisation
Notre dossier Choisir et utiliser un équipement informatique écologique et durable
Vers une gestion responsable de votre consommation de papier

Articles proches :

Claire Nobilet Développement durable, Economie, TIC et services , , , , ,

  1. Il n'y a pas encore de commentaire à l'article En route pour une bureautique plus durable
  1. Pas encore de rétrolien à l'article : En route pour une bureautique plus durable

Déposer un commentaire à l'article : En route pour une bureautique plus durable