Accueil > Développement durable, Economie, Rechauffement climatique, gaz à effets de serre > Le tourisme blanc se met au durable pour assurer sa survie

Le tourisme blanc se met au durable pour assurer sa survie

skiA l’aube du dérèglement climatique et de la raréfaction des énergies fossiles, le tourisme blanc doit se moderniser pour assurer sa survie. Et puisque le Bilan Carbone prend en compte l’ensemble des émissions nécessaires à une activité, c’est tout naturellement que le transport arrive largement en tête en termes d’émissions de gaz à effet de serre pour les stations de ski françaises. Le deuxième poste important est l’habitat, avec en premier lieu le chauffage.

Un Bilan Carbone des activités de la montagne
10 stations de ski françaises viennent de réaliser un Bilan Carbone de leurs émissions, à l’initiative de l’Association nationale des maires des stations de montagne (ANMSM) et de l’Agence pour le développement et la maîtrise de l’énergie (ADEME). Cette étude a été menée par le cabinet de conseil Solving Efeso.
Et le résultat est très clair : tandis que le transport des personnes dans et vers les villages de sport d’hiver qui génère la majorité des émissions de GES (pour 57%), le bâtiment arrive en deuxième position avec 27% du total. Enfin, les activités directement liées à la pratique du ski (remontées mécaniques, dameuses, neige de culture) ne représentent que 2% des émissions de gaz à effet de serre.
Au total, les émissions consolidées des stations de montagne française sont estimées à près de 800.000 tonnes de CO2 par an (moins de 3% des émissions françaises, soit un peu plus que les émissions dues au parc informatique ou le transport aérien français !).

Une démarche à mettre en place rapidement pour pérenniser l’activité
Alors que la fonte des glaciers menace la fermeture des stations de basse altitude et que l’enneigement est de moins en moins important chaque année, les stations de ski se lancent pour  limiter leur responsabilité dans le dérèglement climatique actuel, préparer l’adaptation et conserver un dynamisme économique.
L’ANMSM a ainsi mis en place une « charte nationale en faveur du développement durable » lancée en 2007 et signée par 25 stations.
De plus, à la suite du Bilan Carbone réalisé, plusieurs pistes d’action vont être particulièrement appuyés :
- développer les modes de déplacements alternatifs à la voiture et à l’avion (forfaits combinés avec l’utilisation de transport en commun pour rejoindre les stations, covoiturage, marche, train et navettes),
- promouvoir l’aménagement durable, les bâtiments à haute performance énergétique (bioclimatique, HQE, BBC, Effinergie, constructions passives),  les Diagnostics de Performance Energétique, l’isolation et l’emploi d’énergies renouvelables (surtout pour le chauffage).
Les stations investissent aussi de plus en plus dans des canons à neige ou les activités de loisir d’été pour perdurer leur activité.

L’avis Sequovia
Le tourisme est un des domaines qui risque d’être le plus affecté par le dérèglement climatique et la montée des prix de l’énergie. Le virage doit se faire rapidement et les touristes doivent être sensibilisés pour que la démarche soit pérenne.

Articles proches :

Julien Morel Développement durable, Economie, Rechauffement climatique, gaz à effets de serre , , , , , , ,

  1. 22/01/2010 à 15:45 | #1

    Bonjour, Dans notre région il y a une association qui fait un travail de sensibilisation formidable à destination des skieurs et des professionnels et élus des stations : le Moutain Riders. Il y a aussi des initiatives pas assez valorisées à mon humble avis comme les ligne de bus mises en place par le département de l’Isère avec pass bus+ski.
    Je vous invite à aller jeter un oeil sur le guide des eco-station de Moutain Riders sur http://www.moutain.riders.org. Je n’ai aucun lien d’aucune sorte avec eux, mais quand j’aime je partage (aussi sur mon site http://greenseliparpointf.wordpress.com/).

  1. Pas encore de rétrolien à l'article : Le tourisme blanc se met au durable pour assurer sa survie

Déposer un commentaire à l'article : Le tourisme blanc se met au durable pour assurer sa survie