La France exemplaire dans les négociations de Copenhague

borlooLes engagements de la France ne manquent pas à Copenhague, et notre voix porte des messages clairs : l’aide à l’adaptation des pays pauvres est essentielle, la finance carbone doit être développée, et un accord ambitieux est obligatoire.

Cet article a été rédigé dans le cadre du dossier spécial de Sequovia sur le sommet de Copenhague.

Un « Fonds Justice Climat » de 600 milliards d’euros pour les pays les plus affectés

« L’adaptation doit constituer le cœur de l’accord. Les pays les plus pauvres sont et seront les plus durement frappés par le changement climatique », a déclaré lundi en séance plénière Jean-Louis Borloo, ministre de l’environnement français.
Ainsi, il défend depuis plusieurs mois l’idée d’un fonds « Justice Climat » de 600 milliards d’euros qui doit venir en complément « des 100 milliards de dollars par an nécessaires pour l’adaptation et l’atténuation dans l’ensemble des pays en développement ». Cette somme sera répartie sur 20 ans, soit un montant à débourser de 30 à 60 milliards par an sur 10 ans, « ce qui est donc parfaitement faisable », a estimé le ministre. Les pays les plus vulnérables (états insulaires, forestiers, côtiers ou africains principalement) bénéficieront donc d’une aide supplémentaire.
Il sera alimenté par « le produit d’une taxe internationale sur les transactions financières », a-t-il précisé.

La France se positionne en leader de la finance carbone

Le système des échanges de crédits carbones européens, dits de « cap and trade » mis en place en 2005 pourraient prendre un nouvel élan : alors qu’ils ne couvrent actuellement que 40 % des émissions carbone de l’Union européenne (elle-même responsable de seulement 10% des émissions mondiales), les pays en développés (comme les Etats-Unis) et les pays émergents (comme la Chine) s’intéressent à ce système de régulation qui s’inscrit bien dans le cadre du libéralisme.
Afin de stabiliser le prix du carbone et éviter les fraudes (http://www.sequovia.com/actualites/1587-les-nouveaux-escrocs-du-marche-du-carbone.html) comme cet été en Angleterre, la France a ainsi annoncé la création d’un comité de place sur la finance carbone pour faire de la France un leader dans ce domaine.

Des efforts fortement appréciés par l’ONU

« J’apprécie l’engagement ferme et le sens de l’Etat du président (Nicolas) Sarkozy, qui ont fortement contribué à amener les négociations à leur stade actuel », a déclaré à la presse Ban Ki-Moon, secrétaire général des Nations-Unies. « Je compte sur le sens de l’initiative, sur l’engagement et le soutien du gouvernement français pour que nous parvenions à sceller un accord à Copenhague », a-t-il même ajouté.

L’avis Sequovia

La France bénéficie d’une délégation importante et fait valoir son exception culturelle et son implication pour des enjeux humanistes. L’implication de la France est à saluer et fait preuve d’exemplarité face à la plupart des pays présents à Copenhague. Elle a donc un grand rôle à jouer pour aboutir à un accord qui s’avère ardu.

Articles proches :

Julien Morel Développement durable, Dossier spécial Copenhague, Humanitaire, Rechauffement climatique, gaz à effets de serre , , , , , , , , , , , ,

  1. Il n'y a pas encore de commentaire à l'article La France exemplaire dans les négociations de Copenhague
  1. 14/12/2009 à 21:55 | #1
  2. 16/12/2009 à 13:43 | #2

Déposer un commentaire à l'article : La France exemplaire dans les négociations de Copenhague