Accueil > Développement durable, Environnement, Pollution de l'air et du sol > Algues vertes : la pollution aux nitrates dénoncée

Algues vertes : la pollution aux nitrates dénoncée

François Fillon a fait spécialement le déplacement à Saint-Michel-en-Grève, en Côtes d’Armor, pour annoncer des mesures contre la prolifération des algues vertes. Ces algues émettent en effet, en se décomposant, du dihydrogéne sulfuré (H2S), gaz extrêmement nocif. Selon M. Fillon, le gouvernement « paiera à sa charge » le nettoyage des plages et prendra des mesures pour attaquer le problème à sa source.

Un risque mortel

Le débat sur les algues vertes s’est amplifié le 28 juillet dernier, lorsqu’un cheval est mort terrassé, probablement en inhalant les vapeurs dégagées par un tapis d’algues vertes en décomposition, près de Toul Ar Vilin, à Saint-Michel-en-Grève.

Commandée par Chantal Jouanno, secrétaire d’État à l’Écologie, une étude de l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris) vient de confirmer que les algues vertes en décomposition sur les plages présentent un « risque mortel en cas d’exposition pendant une durée de quelques minutes ». Les mesures de dihydrogène sulfuré ont mis en évidence la présence de doses très élevées.

 

Une pollution essentiellement due à l’agriculture intensive

Ces algues proviennent d’une surcharge en azote de l’eau des rivières qui se jettent dans les baies fermées de Bretagne. Ainsi, l’apport azoté sur les sols est trop souvent plus important que les possibilités d’absorption réelles des plantes, et le surplus d’azote ruisselle vers les rivières et entraine leur surcharge en azote. Cet azote s’est logiquement retrouvé rejeté en mer ce qui permet aux algues vertes de proliférer.

L’Institut national de la recherche agronomique (INRA) a démontré que 85 % de ces nitrates sont d’origine agricole. Ce sont donc d’abord les nitrates provenant des engrais agricoles qu’il faut arriver à réduire.


Le gouvernement s’attaque au problème des algues vertes

Le 20 août, le Premier ministre, François Fillon, s’est rendu sur les lieux en compagnie de Chantal Jouanno, Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, et Bruno Le Maire, ministre de l’Agriculture. Le chef du gouvernement a annoncé la mise en place d’une mission interministérielle sur la gestion de la pollution par les algues vertes. A partir de propositions attendues pour la fin de l’année, ceci pourrait donner lieu, dans l’année 2010, à un plan visant à réduire la prolifération d’algues qui résulte pour l’essentiel de l’utilisation d’engrais par les agriculteurs. Par ailleurs, l’Etat va « prendre à sa charge le nettoyage des plages qui sont les plus touchées et sur lesquelles il peut y avoir un risque de santé publique ».

 

L’avis Sequovia

Nettoyer les plages est plus que nécessaire.C’est bon pour l’image des Côtes d’Armor, son tourisme et donc son économie. En revanche, le nettoyage serait grandement facilité si l’on s’attaquait davantage aux racines du mal. Il y a 570 000 habitants dans ce département breton et pas moins de 5 millions de cochons, soit 10 cochons par habitant. Ne serait-il pas plus pertinent de revoir les fondamentaux d’une industrie agro-alimentaire sur productiviste ?

Articles proches :

Julien Morel Développement durable, Environnement, Pollution de l'air et du sol , , , , , , , , , , , , , , , ,

  1. 21/10/2009 à 09:08 | #1

    La diminution visible et notable de ce phénomène ne pourra passer que par un changement profond des pratiques agricoles sur les secteurs concernés, ce que la profession agricole n’est pas prête à accepter pour le moment », . La conclusion de Jean-Louis Fargeas est sans appel : « Il s’agit de révolutionner sur ces secteurs, qui représentent 2.190 exploitations (soit 25 % des exploitations agricoles dans les Côtes-d’Armor), les pratiques agricoles, et de changer complètement le modèle économique existant. »

  2. 05/06/2010 à 15:50 | #2

    Au lieu de se plaindre de cette quantité d’algues, cherchons plutôt une façon de valoriser ce qui semble à première vu être des déchets. L’Ulva lactuca est une algue qui a un avenir prometteur dans les domaines des biocarburants et des matériaux de haute technologies. On se plaint aujourd’hui que ces algues arrivent à nous toute seule, sans qu’on n’y fasse rien. Ca sera peut être un atout demain…

  3. 22/12/2010 à 14:25 | #3

    l’agriculture n’est pas la seul responsable à ce problème. vous aussi vous contribué a de la pollution des cours d’eau.
    A l’heure d’aujourd’hui, les discours au sujet des algues vertes diffèrent et se contredisent. Une partie de la population ne sait plus à quoi s’en tenir et se réfère aux médias qui n’hésitent pas à mettre le doigt sur les agriculteurs.
    Étant fils d’agriculteurs, et souhaitant l’être plus tard, il nous a paru intéressant d’étudier ce sujet polémiqué au travers de ce PIC (projet d’initiative et de communication) lors de nos études en BTS ACSE.
    Pour mener à bien ce projet, nous avons réaliser le clip d’une minute que vous pouvez visionner sur le blog (http://picalguesvertes.wordpress.com/) . Ce clip, est en quelque sorte la bande annonce d’une vidéo plus longue que nous avons réalisé nous-même.
    Et ce que vous dite sur l’amendement »Loi de modernisation agricole » na strictement rien à voir avec ce que vous dites, alors quand on ne s’ai pas de qu’es-que l’on parle, on ne dit surtout rien

    « L’agriculture n’est pas seule responsable des algues vertes »
    c’est vrai dans la mesure où ce n’est pas l’azote mais les phosphates qui intensifie le phénomène. Les phosphates, pour information se fixent dans le sol (donc pas lessivés), leur seul moyens de rejoindre les cours d’eau sont par l’érosion des sols (fuite par ruissellement…) . C’est là que l’on peut attribuer une certaine responsabilité à l’agriculture mais de faible part lorsque l’on vois les quantités anormales que rejettent certaines stations d’épurations

  4. bdesmier
    22/12/2010 à 16:09 | #4

    Le point de vue de la rédaction
    Cet article ne vise nullement à stigmatiser une profession que nous respectons et que nous connaissons.
    Pour éclairer le sujet, nous proposons à nos lecteurs quelques articles.
    Etude de l’INRA de Rennes publié dans lafranceagricole.fr du 25/06/2010 : http://www.lafranceagricole.fr/actualite-agricole/algues-vertes-les-chercheurs-tablent-sur-des-solutions-a-dix-quinze-ans-29245.html*
    La démarche de cohérence en production porcine publié par le réseau cohérence : http://www.reseau-coherence.org/spip.php?article518
    L’impact environnemental de l’élevage porcin sur litière : http://www.bape.gouv.qc.ca/sections/mandats/prod-porcine/documents/Prod72.pdf
    Et plus généralement : http://www.leporc.com

  1. 08/06/2010 à 10:48 | #1
  2. 28/06/2010 à 13:35 | #2
  3. 28/06/2010 à 15:55 | #3

Déposer un commentaire à l'article : Algues vertes : la pollution aux nitrates dénoncée