Accueil > Développement durable, Economie, Environnement, Social > Conseil National des entreprises pour la Banlieue : vers le développement durable

Conseil National des entreprises pour la Banlieue : vers le développement durable

Le rapport sur la mise en place du Conseil National des entreprises pour la Banlieue (CNEB) est rendu. C’est le 17 juillet dernier que le directeur général délégué du groupe Randstad Vediorbis, Abdel Aîssou, a remis à Fadela Amara le compte rendu : des constats qui ouvrent la voie à des plans d’actions allant de pair avec le développement durable et rimant avec les Services à la personne.

La nécessité de faire ce rapport repose sur 5 constats :

Un déficit de perception : les ZUS, même quand elles disposent d’une Zone Franche Urbaine (ZFU) ne sont pas appréhendées comme de véritables bassins d’emploi,
Des outils inadaptés : les instruments de la Politique de la Ville n’intègrent pas suffisamment le volet économique et ignorent le plus souvent la réalité concrète de l’entreprise,
L’alternance est insuffisamment développée (les jeunes y accèdent le plus souvent par défaut),
Un plafond de verre entre le premier et le deuxième emploi : Si l’accès au premier emploi est complexe pour les jeunes des quartiers sociaux pas ou peu qualifiés, l’insertion durable nécessite des compléments de formation à visée professionnelle  (niveau Bac + 2). L’engagement de L’université (et notamment les IUT) peut favoriser des re-médiations pour une meilleure mise en œuvre de l’alternance.

Les jeunes des ZUS sont victime d’un double déclassement 
Les jeunes issus de territoires comportant une majorité de niveau V sont moins souvent en emploi à la fin d’un contrat en alternance réussi,
Les femmes qui en Ile-de-France et malgré un niveau I ou II se déclarent « ouvrière et employée » à 38% contre 18% des hommes.

Point sur les objectifs de ce rapport :
Développer les différentes formes d’alternance, de tutorat, de stage permettant l’intégration,  la qualification et le développement de carrière des jeunes au sein des entreprises,
Mettre en place des partenariats : missions locales, partenariats publics/privés, qui  permettront de faciliter le repérage et le recrutement des jeunes des banlieues,
Rapprocher les entreprises, les universités et centres de formation pour faciliter les passages de la formation à l’entreprise,

Expérimenter des dispositifs contractuels d’insertion pour les jeunes par les agences intérim,

Diffuser des bonnes pratiques pour redonner une visibilité à la responsabilité sociale des entreprises.

Le moment d’agir : les actions en marche pour concilier bilan et objectifs du gouvernement :


Création de parcours qualifiants vers les métiers du Développement durable et des Services aux personnes (les diplômes seront des capacités) ,

Ouverture de Banques de stages pour remettre à l’honneur les stages dans une perspective dynamique et constituer une réponse pertinente pour prévenir les discriminations et préparer mieux les jeunes de ZUS au monde de l’entreprise,

Mise en place de pôles de compétences solidaires autour des ZFU et relier chaque ZFU à un pôle ce compétitivité. Lancer un pôle d’excellence « Banlieue 2.0 » Afin de structurer un programme Banlieue  2.0, une convention entre le Ministère de la Ville et celui de l’Industrie est nécessaire. Une étape à l’échelle d’une région serait souhaitable avec la Cité des Sciences.

Dans la mise en marche des actions proposées, l’attention du CNEB devra également sur 5 dossiers :
Diplômés suivis par les Missions Locales : Pour les titulaires d’un BEP ou d’un CAP, mise en place d’une stratégie particulière visant un complément de formation pour valoriser ce premier diplôme (parcours de re-mobilisation à partir de stages professionnalisant courts),

Adultes relais :  Après identification des besoins de recrutement pérenne des collectivités et associations pour les 3 prochaines années, les adultes relais pourraient se voir proposer un bilan de compétence avec à la clé une possible orientation vers les services aux personnes),

Clause sociale ANRU : Elle peut servir de levier pour une politique de formation en alternance en étant suivie plus finement. Il est également souhaitable d’inciter les entreprises à faire un effort similaire en matière de marchés privés,

Utiliser davantage la taxe d’apprentissage en faveur des ZUS : Il serait nécessaire de préconiser aux entreprises de flécher 10% de la taxe qu’elles acquittent vers des établissements et organismes développant une part significative de leur activité au profit de publics ZUS

Jeunes femmes issues de l’immigration : faire une analyse fine des pratiques de ressources humaines des entreprises pour prévenir un phénomène de paroi de verre conduisant à cloisonner les jeunes femmes dans des filières peu valorisées et ne permettant pas ou peu d’évolution de carrière (repérage des bonnes pratiques permettant de lutter contre ce phénomène)

L’Avis Sequovia
Un rapport qui tombe à point nommé. A l’heure où toutes et tous commencent à s’investir dans le développement durable, il était important de ne pas en omettre la facette sociale. Faciliter l’insertion professionnelle d’une partie de la population jusque là boudée est du ressort du développement durable, et c’est aussi impliquer d’avantage de personnes à la l’éco-responsabilité nationale.
Devenir éco-citoyen commence par la prise en compte des membres d’une même société :   entreprises et jeunes en difficultés professionnelles doivent pouvoir se retrouver.
Un pas en avant qu’il est bon de constater mais qui reste encore à l’état de projet, les entreprises ont un rôle à jouer non négligeable dans la concrétisation de celui-ci.

Articles proches :

Flore Charuel Développement durable, Economie, Environnement, Social , , , , , ,

  1. Il n'y a pas encore de commentaire à l'article Conseil National des entreprises pour la Banlieue : vers le développement durable
  1. Pas encore de rétrolien à l'article : Conseil National des entreprises pour la Banlieue : vers le développement durable

Déposer un commentaire à l'article : Conseil National des entreprises pour la Banlieue : vers le développement durable