Accueil > Développement durable, Economie, Environnement, Rechauffement climatique, gaz à effets de serre, Transports durables > La voiture électrique Think City roule sur le marché européen

La voiture électrique Think City roule sur le marché européen

Jan-Olaf Willums, entrepreneur engagé dans le développement durable, lance la première voiture électrique de série sur le marché européen. Véritable « ordinateur sur roue », la Think City dédiée aux particuliers et aux flottes d’entreprises, est connectée à Internet et au réseau de recharge de batteries.

La Think City est, depuis octobre 2008, disponible en Norvège, en Suède, au Danemark, en Espagne, en Suisse, en Irlande, et pourrait bien ne plus tarder à apparaître en France.
C’est en 2006 que l’aventure commence pour Jan-Olaf Willums, lorsqu’il reprend la société Think qui, à l’époque est en faillite. La production de voitures est alors insuffisante, mais convaincu  de la viabilité de ce projet, l’entrepreneur met au point un business modèle qui va rapidement convaincre d’autres investisseurs : les batteries sont proposées à la location afin de baisser le prix d’achat des voitures.
Une approche qui paye puisque seulement 2 ans plus tard, la Think City est lancée.
Le parcours de l’entrepreneur ne laissait pas vraiment de place au doute, diplômé d’un doctorat du Massachussets Institute of Technology en 1975, il a réalisé un tour du monde pour mesurer l’impact de la pollution de l’air sur les grands monuments historiques, pour sensibiliser le grand public. Il débute ensuite sa carrière chez Volvo Petroleum, une filiale du constructeur suédois d’automobiles, ce fut son premier contact avec la voiture « ecolo » puisque Volvo menait déjà a cette époque des recherches sur la sûreté et les économies de carburant.
Puis il fonde l’une des premières sociétés de capital risque, spécialisée dans les technologies de pointe, au début des années 80, il est nommé en 1990 directeur du département énergie et environnement de la Chambre internationale de Commerce, a Paris. Un poste qui, en 1992,  va le mener directement président du groupe de travail sur l’Industrie au Sommet de la Terre de Rio de Janeiro ou il crée le World Business Council for Sustainable Development (WBCSD). Une réunion de chefs d’entreprises engagés dans la voie du développement durable qui regroupait une centaine de membres à sa création et qui en compte à présent 300 :  « L’industrie ne doit pas faire partie du probleme, mais apporter des solutions » .
C’est aujourd’hui comme président d’InSpire Group, une société d’investissement dans les cleantech créée en 1998, que Jan-Olaf Willums poursuit son action et si la crise financière a heurté l’entreprise , le constructeur annonce tout de même l’ouverture d’une seconde usine aux États-Unis qui pourrait porter la production annuelle de 7 000 a plus de 20 000 véhicules.

L’Avis Sequovia

La volonté et la démarche marketing du constructeur norvégien sont à saluer. Partir du concept de location de batteries est un bon moyen de faciliter l’accès et l’entrée sur le marché de la voiture électrique. Les performances de la Think City lui permettent de prétendre à une adoption par les entreprises, opérationnelle et exceptionnellement efficace en termes de protection de l’environnement. On attend  toujours sa commercialisation en France en espérant que le public français sera séduit tout comme nous et que son prix aujourd’hui, non communiqué, sera aussi séduisant.

Articles proches :

Flore Charuel Développement durable, Economie, Environnement, Rechauffement climatique, gaz à effets de serre, Transports durables , , , , , , ,

  1. FRANCOIS
    24/07/2009 à 07:55 | #1

    Beaucoup de bavardages, mais pas de prix, c’est invendable?….

  2. 24/07/2009 à 08:53 | #2

    Le prix de la Think City approche des 20 000 euros dans les pays européens qui la commercialisent, invendable non, mais rouler vert coûte cher surtout si l’on compte la location de batterie pour 150 euros par mois.
    Le prix de vente en France n’est pas communiqué, on évoque un bonus de 5000 euros à l’achat, soit 15 000 euros, si celle-ci vient à être commercialisée.
    Il serait triste que l’automobile éco-responsable devienne un produit de luxe réservé à une élite. Toutefois la Think a de l’avenir entant que citadine et représente une économie en termes de carburant à ne pas négliger.

  1. Pas encore de rétrolien à l'article : La voiture électrique Think City roule sur le marché européen

Déposer un commentaire à l'article : La voiture électrique Think City roule sur le marché européen